Auto-Entrepreneur 2018 : les changements importants

Auto-Entrepreneur 2018 : les changements importants

Retrouvez dans cet article les changements prévus et annoncés sur le statut auto-entrepreneur en 2018. Chaque année le régime auto-entrepreneur (aussi appelé micro-entrepreneur depuis 2016) est sujet à beaucoup de changement. On vous présente les nouveautés du statut et les décrets en application dès 2018.


[ Dernière mise à jour le 19/06/2017 ]

Sommaire

  1. Les spécificités du régime auto-entrepreneur pour 2018

    1. Les plafonds de chiffres d'affaires

    2. La déclaration de chiffre d'affaires 

    3. La couverture social

  2. Charges sociales de l'auto-entrepreneur pour l'année 2018

    1. Les taux de cotisations sociales à payer en 2018

    2. Les taux de cotisations sociales (DOM) pour 2018

    3. Les exonérations des cotisations sociales (ACCRE)

  3. Imposition : ce que l'année 2018 apporte au régime auto-entrepreneur

    1. Abattement forfaire

    2. Option pour le versement libératoire de l'impôt

    3. Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu

  4. Informations complémentaires

    1. La validation des trimestres de retraite 2018

    2. Obligation d'utiliser un logiciel et système de caisse certifiés

    3. Le versement de l’indemnité journalière en 2018

Les spécificités du régime auto-entrepreneur pour 2018

Les plafonds de chiffres d'affaires

Le plafond de chiffre d'affaires fixe la limite annuelle dans laquelle l'auto-entrepreneur peut bénéficier des avantages du régime micro-fiscale. Il est exprimé en Hors Taxes (HT) et doit être ajusté au prorata temporis de votre création d'auto-entreprise.

Ces plafonds ayant été récemment fixés début d'année 2017 pour les 3 années à venir, ceux-ci ne devraient pas changer.

 

INFORMATION PRESIDENTIELLE 2017

Emmanuel Macron, nouveau président de la République envisage de doubler le plafond de chiffre d'affaires des auto-entrepreneurs pour la vente de marchandise et l’artisanat à 165 000 € et augmenter la limite de CA pour les prestations de services à 66 200 €.

 

La déclaration de chiffre d'affaires 

Pour l'année 2017 : La déclaration en ligne est obligatoire pour les auto-entrepreneurs dépassant de plus de la moitié les plafonds maximaux de chiffre d’affaires (fixés à 41 100 € de chiffre d’affaires pour les activités commerciales et 16 450 € pour les prestations de services en 2017).

Pour l'année 2018 : Le décret n° 2017-700 du 2 mai 2017 abaisse les seuils de chiffre d'affaires pour lesquels les auto-entrepreneurs avaient l'obligation de réaliser leurs déclarations en ligne. La télédéclaration sera donc obligatoire pour les auto-entrepreneurs dépassant la limite de 20 700 € de CA pour les activités commerciales et de 8 275 € pour les prestations de services et activités libérales. 

 

La couverture sociale

Le RSI étant également dans le colimateur d'Emmanuel Macron, la supression du Régime Social des Indépendants risque d'affecter la façon dont les travailleurs indépendants seront pris en charge. Plus d'infos à venir.

 

Charges sociales de l'auto-entrepreneur pour l'année 2018

Les taux de cotisations sociales à payer en 2018

Les taux de cotisations sociales à payer chaque mois ou chaque trimestre (selon l'option choisie) n'ont pas encore été communiqués à ce jour. 

Les taux de cotisations sociales (DOM) pour 2018

Les taux de cotisations sociales à payer pour les auto-entrepreneurs spécial DOM n'ont pas encore été communiqués à ce jour.

Les exonérations des cotisations sociales (ACCRE)

Les taux d'exonération des cotisations sociales pour l'année 2018 n'ont pas encore été communiqués à ce jour.

 

Imposition : ce que l'année 2018 apporte au régime auto-entrepreneur

Abattement forfaire

L'abattement forfaitaire est appliqué au chiffre d'affaires déclaré et correspond au bénéfice imposable de l'auto-entrepreneur. Il est déterminé par l'administration fiscale, il est différent selon votre activité :

  • 71 % du CA pour les activités d'achat-revente ou de fourniture de logement
  • 50 % du CA pour les autres activités relevant des BIC
  • 34 % du CA pour les BNC

Pas encore de changements à venir concernant l'horizon 2018.

Option pour le versement libératoire de l'impôt

Cette option vous permet de vous acquitter de votre impôt sur le revenu en même temps que vos cotisations sociales selon la périodicité choisie (mensuelle ou trimestrielle).

Pour 2018, le montant du revenu fiscale de référence de 2016 n'est pas encore connu pour bénéficier de cette option.

Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu

Comment le prélèvement à la source va-t-il être opéré  ? 

Les indépendants (titulaires de bénéfices industriels et commerciaux BIC, de bénéfices non commerciaux BNC) paieront leur impôt sur le revenu via des acomptes calculés par l’administration sur la base de la situation passée et prélevés mensuellement ou trimestriellement.

 

REPORT DU PRELEVEMENT A LA SOURCE POUR 2019

Le premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé dans une interview au Parisien que l'application de cette réforme sera repoussée d'un an par rapport à ce qui était prévu, c'est à dire en 2019

L'administration testera le disposiitf du prélèvement à la source dans des entreprises volontaires de Juillet à Septembre et réalisera par la suite un audit conduit par une équipe de l'Inspection générale des finances et d'un cabinet indépendant sélectionné par le secrétariat général à la modernisation de l'action publique.

Informations complémentaires

La validation des trimestres de retraite 2018

Pour valider vos trimestres de retraite, vous devez réaliser un chiffre d'affaires minimum qui dépend de l'activité exercée . Les montants pour valider vos trimestres de retraite 2018 ne sont pas encore connus.

Obligation d'utiliser un logiciel et système de caisse certifiés

Afin de lutter contre la fraude à la TVA liée à l'utilisation de logiciels permettant la dissimulation de recettes, la loi de finances pour 2016 instaure l'obligation à partir de 2018 pour les commerçants et autres professionnels assujettis à la TVA d'enregistrer les paiements de leurs clients au moyen d'un système de caisse sécurisés et certifiés.

L'administration précise expressément que l'obligation concerne tous les assujettis à la TVA qui enregistrent les règlements de leurs clients dans un logiciel de comptabilité ou de gestion ou un système de caisse qu'il s'agisse de personnes physiques ou morales, de droit privé ou de droit public, et même s'ils réalisent en tout ou partie des opérations exonérées de TVA ou s'ils relèvent du régime de la franchise en base.

source : www.service-public.fr

La condition : Sont soumis à cette obligation tous les assujettis à la TVA, personnes physiques ou morales, de droit privé ou de droit public, qui enregistrent eux-mêmes les règlements de leurs clients dans un système de caisse.

 

Quid des auto-entrepreneurs ?

L'auto-entrepreneur est obligatoirement soumis au régime fiscal de la micro-entreprise: il est assujettis à la TVA mais bénéficie de la « franchise en base de TVA ». Cela implique qu'il ne facture pas la TVA à ses clients et qu'il n'a donc pas de déclaration de TVA à effectuer à l'Etat.

L'auto-entrepreneur relevant de cette franchise en base est concerné donc par cette obligation. 

Cette mesure concerne en majeure partie les professionnels en boutique qui utilisent des systèmes de caisse pour enregistrer le paiement de leurs clients.

Source officiel : Communiqué de presse de Gérald Darmanin - Ministre de l'Action et des Comptes publics

Le versement de l’indemnité journalière en 2018

Le décret du 24 avril 2017 modifie les conditions d’indemnisation de l'arrêt de travail de l'auto-entrepreneur. Celui ci sera mis en application à compter du 1er janvier 2018. 

Pour rappel : jusqu'à aujourd'hui les indemnités journalières maladie de l’auto-entrepreneur sont versées par le Régime social des indépendants (RSI), ou encore, la CPAM, s’il cumule avec une activité salariée. 

En cas d'arrêt de travail, les indemnités journalières de l'auto-entrepreneur étaient initialement versées à l’issue d’un délai de carence de 3 jours en cas d’hospitalisation ou de 7 jours en cas de maladie ou d’accident.

Ce qui changera en 2018 : Si votre arrêt de travail dure plus de 7 jours, l’indemnisation débutera le 4ème jour et non plus le 8ème. De plus vous ne serez pas indeminisé pour un arrêt de travail inférieur à 7 jours.

 

L’article "Auto-Entrepreneur 2018 : les changements importants" a été noté 4,8 sur 5 sur 16 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !