Comprendre le métier de traducteur

Connaissez-vous réellement le métier de traducteur ? Saviez-vous qu'il vous était possible de lancer votre auto-entreprise de traduction ? Apprenez-en plus sur cette profession en lisant notre article.

Comprendre le métier de traducteur

 

Vous avez une passion pour les langues et envisagez de devenir traducteur indépendant ? Sachez que le régime de l'auto-entrepreneur est ouvert à cette activité. Apprenez-en plus dans notre article récapitulatif sur les traducteurs auto-entrepreneurs !

 

Qu'est-ce qu'un traducteur ?

Un traducteur transpose un texte d'une langue à l'autre ; malgré les idées reçues, les traducteurs ne travaillent pas forcément sur des traductions de romans. Il peut s'agir de textes d'origines très diverses : littéraires, scientifiques, juridiques, techniques... Certains traducteurs sont même spécialisés dans certains domaines, comme les traducteurs experts judiciaires qui sont amenés à travailler pour les tribunaux. Le métier de traducteur fait partie des professions libérales, mais pourra travailler aussi bien à son compte que pour une agence de traduction, une organisation internationale, un grand groupe de multinationale ou une maison d'édition.

 

Y a-t-il une formation nécessaire pour devenir traducteur ?

L'activité de traducteur nécessite un niveau Bac + 5 dans une formation liée à l'étude des langues. Après avoir validé une licence LLCE (Langues Littératures et Civilisations Étrangères) ou une licence LEA (Langues Étrangères Appliquées), il est possible de se spécialiser en master dans la traduction. Les compétences en droit, en commerce international, et d'autres domaines tels que l'environnement ou les nouvelles technologies peuvent être valorisées, puisque la traduction requiert de connaître le sujet dont traite le texte qui sera transposé par la suite.

Il existe deux écoles de traduction et d'interprètes particulièrement renommées et difficiles d'accès : l'ESIT (École supérieure d'interprètes et de traducteurs) et l'ISIT (Institut Supérieur d'interprétation et de traduction). Ces deux écoles recrutent à des niveaux différents : le concours de l'ISIT pourra être passé dès Bac + 1 tandis que le concours de l'ESIT n'est accessible qu'au niveau Bac + 3.

 

Quel profil est recherché pour devenir traducteur ?

Si la maîtrise de la langue est absolument nécessaire pour devenir traducteur, d'autres qualités essentielles entrent en compte pour travailler dans ce domaine. En effet, ce métier exige un souci de la précision et de la qualité ainsi qu'une capacité à travailler sous pression et indépendamment. De plus, le traducteur doit être capable de vendre ses services et de pouvoir s'engager à travailler de longs mois sur certains textes.

 

Traducteur auto-entrepreneur : le bon choix pour vous ?

L'auto-entreprise offre de nombreux avantages à des professions libérales telles que les métiers de traduction. En effet, en tant que profession libérale, la traduction implique de très lourdes charges et démarches administratives, difficiles à soutenir, en particulier pour les jeunes diplômés nouvellement traducteurs. Grâce au régime de l'auto-entreprise, les traducteurs peuvent se lancer à moindre coût dans leur activité, et profiter de ce régime durant leurs premières années de travail. L'auto-entreprise est parfaitement adaptée pour l'installation dans un domaine d'activité, c'est pourquoi les jeunes diplômés en traduction ont tout intérêt à opter pour ce régime.

 

En savoir +

La fiche métier de traducteur sur Onisep

 

Publié le 7 août 2014

 

Démarrer votre activité en toute simplicité

Démarrer mon auto-entreprise » Portail auto-entrepreneur vous accompagne dans la création de votre auto- entreprise en simplifiant toutes les démarches administratives. Obtenez votre dossier complet et vérifié par un conseiller pour démarrer dans les meilleures conditions !

L’article "Comprendre le métier de traducteur" a été noté 4,5 sur 5 sur 2 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !