Du lycée aux fourneaux, Virginie, chef à domicile !

Du lycée aux fourneaux, Virginie, chef à domicile !

23 avril 2018

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Virginie Legrand,  ancienne professeur de 37 ans qui, fin 2013, décide de se reconvertir pour vivre de sa passion pour la cuisine en ouvrant son auto-entreprise. Nous avons recueilli son témoignage sur cette expérience de reconversion professionnelle réussie !  

Virginie est une professeur de français et d’allemand de lycée pleine de vie et d’énergie. Passionnée de cuisine, son entourage essaye de la pousser vers la porte de l’entrepreneuriat mais elle ne se sent pas encore  prête à se lancer dans ce projet.

Après un coup dur de la vie, elle doit quitter son poste. Elle décide alors de rebondir et de transformer cet imprévu en opportunité ! C’est en fin d’année 2013 que notre enseignante entame les démarches pour créer son auto-entreprise. Quatre ans plus tard, la réussite est toujours là, son rêve de vivre de sa passion est accompli, et elle ne reviendrait en arrière pour rien au monde !

Nous avons voulu en savoir un peu plus sur la reconversion de Virginie...
 

Êtes-vous cuisinière de formation ?

“Non pas du tout ! À l’origine je suis professeur de français et d’allemand dans un lycée. J’ai toujours été une grande passionnée de cuisine sans pour autant penser qu’un jour je pourrai en faire mon métier ! Des personnes de mon entourage me poussaient à me lancer et à créer ma structure mais quand on a un salaire fixe confortable on a peur de se lancer dans l’inconnu ! Quand j’ai perdu mon emploi, je n’ai pas eu le choix  ! Mes alternatives étaient soit d’attendre 18 mois pour toucher mes allocations chômage, soit me lancer dans un nouveau projet. Donc j’ai tranché et j’ai préféré me mettre à mon compte. Je n’ai ni CAP ni aucun diplôme de cuisine, je me suis formée seule avec ma passion !”

Pourquoi avoir choisi le statut auto-entrepreneur ?

“Je ne connaissais pas vraiment le monde de l'entrepreneuriat ! Donc dans un premier temps me lancer me faisait assez peur. Je m’interrogeais sur le fait de devoir payer des charges sociales même si je ne faisais pas de chiffre d’affaires etc… J’ai bien été aiguillée sur ce statut, qui me parut assez simple ! Une fois rassurée je me suis lancée dans les démarches administratives qui ne m’ont pas semblé plus difficile que ça non plus ! Au final, une fois le SIRET attribué, le plus dur reste encore de trouver des clients !

Récemment je me suis interrogée pour changer de statut et passer à une autre structure juridique. J’atteignais presque le plafond du chiffre d’affaires, mais j’étais encore trop indécise sur le fait de changer de statut. La question ne se pose plus depuis que le président Macron a doublé les plafonds ! ”

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre activité ?

“J’ai une double activité ! Dans un premier temps je voulais rester dans le milieu éducatif et j’ai donc créé ma structure avec comme activité principale “Cours de cuisine” , et “Chef à domicile” en activité secondaire. Puis à force de contacts et d’opportunités c’est cette dernière activité qui a pris le dessus et qui a fait mon succès aujourd’hui ! Je continue en parallèle les cours de cuisine et même le soutien scolaire à domicile puisque cela reste ma première passion.

Que retirez-vous de cette expérience ?

“La liberté ! Nous sommes nos propres patrons et de ce fait nous n’avons pas de compte à rendre à une quelconque hiérarchie ! Mais comme bien souvent c’est à double tranchant ! Il ne faut pas oublier que nous avons tout de même une grosse responsabilité envers nos clients et leur satisfaction. Quelque chose d’autre que j’ai eu du mal à digérer par exemple c’est le fait de ne plus avoir de congés payés… mais au final tout se calcule !

Honnêtement ces désagréments représentent 20% de mon activité alors que les autres 80% sont simplement le bonheur d’être mon propre patron ! Je ne reviendrai pas en arrière pour le moment c’est sûr !”

Avez-vous un conseil pour les personnes qui souhaitent se lancer en tant qu’auto-entrepreneur ?

“Être organisé, rigoureux et surtout ne pas procrastiner ! Ne pas oublier que les clients ont parfois besoin d’être maternés. Il ne faut pas hésiter à créer du lien avec ses clients. S’il arrive que des doutes s’installent il faut les dépasser sans les laisser prendre le pas sur notre volonté d’agir. Ces doutes sont souvent constructifs et font avancer dans la bonne marche du projet ! Avant de se lancer il faut bien y réfléchir  même si après tout se crée en fonction des rencontres ou des opportunités !

Qu’est ce qui vous anime dans la vie ?

“Le partage, les rencontres, la curiosité et la découverte par les gens. Même si j’arrive avec un savoir, une expertise, j’adore recevoir des autres et bénéficier de conseils pour que je puisse continuer à me dépasser et m’améliorer. J’ai la chance d’être une passionnée !”

Avez-vous une citation ou une personnalité inspirante ?

“Cyril Lignac sans hésiter !  Depuis l’émission Oui Chef j’ai eu un déclic sur la création ! Je me suis rendue compte que la cuisine ce n’était pas simplement le boeuf bourguignon de ma grand mère mais qu’on pouvait aussi être assez fou dans l’élaboration d’un plat !

J’ai également une citation qui m’inspire beaucoup dans ma vie de tous les jours :

“Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.” Sénèque

Je pense qu’il faut être audacieux et croire en ses rêves !”

 

Pour contacter Virginie :

Page Facebook : facebook.com/vivipopote

Site internet : www.communic-passion.fr

Profil LinkedIn : linkedin.com/in/communic-passion
 

 

L’article "Du lycée aux fourneaux, Virginie, chef à domicile !"  a été noté 5.00 sur 5 sur 2 avis d'internautes.