Le DJ auto-entrepreneur, animateur de soirées par excellence

Le DJ auto-entrepreneur, animateur de soirées par excellence

20 novembre 2018

S’ils sont d’abord des passionnés de culture musicale, les disc jockeys sont aussi de véritables professionnels dont les compétences sont indispensables à la réussite de toutes sortes de soirées. S’ils évoluent dans un univers souvent festif, les DJ ne dérogent toutefois pas à certaines règles. Quelle est en effet la réglementation pour exercer ce métier ? Quelles sont les obligations liées à la SACEM ? Découvrez notre dossier complet pour vous lancer dans les meilleures conditions.

DJ auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) est l'URSSAF ou la Chambre de Commerce et de l'Industrie

    Le code APE est généralement :  59.20Z - Enregistrement sonore et édition

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 70 000 € 

    Rémunération mensuelle : à partir de 150 € la prestation

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 22 % de votre CA

DJ : un métier entre animation et édition musicale

Beaucoup considèrent le DJ comme un musicien à part entière, représenté par des noms d’envergure mondiale comme David Guetta, Martin Solveig ou les Daft Punk. Ces personnages emblématiques créent leur propre musique, se positionnant sur certains segments musicaux : la House music, l'Électro, la Trance, etc.

Ses platines sont le premier de ses instruments et lui servent à modifier les morceaux qu’il a sélectionnés ou à les enchaîner. Ainsi, les professionnels créent un nouveau titre selon des méthodes spécifiques (comme le medley par exemple, qui consiste à diffuser plusieurs chansons d’affilée, sans coupure).

Toutefois un DJ peut aussi se contenter de diffuser des musiques le temps d’une soirée. Le professionnel s’éloigne alors de l’édition musicale pour se concentrer sur l’animation.

Entre ces deux situations, il existe ainsi une infinité de travailleurs réalisant l’un et l’autre dans des proportions plus ou moins importantes.

Ainsi, s’il fallait le résumer, le métier de DJ peut consister à :

  • développer et préparer une programmation adaptée à un public

  • maîtriser les techniques du mix : filtres, delay, scratch, fondu enchaîné…

  • utiliser ces techniques pour créer des morceaux originaux

  • maîtriser les logiciels de musique assistée par ordinateur (MAO)

  • en tant qu’animateur, le DJ est amené à intervenir au micro

DJ : artiste ou commerçant ?

Nous venons de le voir, le DJ peut proposer une large palette de prestations. Attention à bien les définir lors de la création de votre auto-entreprise car celles-ci auront un impact sur la nature de votre activité.

Ainsi deux cas de figure peuvent se présenter lorsqu’un DJ assure une prestation :

1- Le client fournit au DJ le matériel dont il aura besoin

Le travailleur n’a donc autre élément que son savoir-faire à apporter. Dans ce cas, le DJ est considéré comme un artiste du spectacle : travailleur libéral, il dépendra de l’URSSAF.

2 - Le DJ assure la prestation avec son propre matériel

C’est le cas le plus fréquent, mais il dépend alors non pas des professions libérales, mais des professions commerciales. Il s’inscrira alors à la Chambre de Commerce et de l’Industrie.

Bon à savoir

Vous créez vos propres morceaux et souhaitez vendre vos compositions par le biais de CD ou de téléchargements sur internet ? Dans ce cas, votre activité sera considérée comme commerciale et vous relèverez de la CCI. Vous ne serez toutefois pas payé sous forme de droits d’auteur. En revanche, vos prestations face à un public, même si vous jouez des morceaux de votre composition, relèveront toujours d’une activité libérale. 

Quelles sont les formations pour devenir DJ ?

Présentes partout en France, des écoles permettent de devenir disc jockey dès la 3e (et donc sans avoir obtenu d’autres diplômes auparavant).

Citons ainsi l’EANOV School. Cette filière reçoit effectivement des candidats dès le collège et peut les emmener jusqu’au bac +3.

Ailleurs sur le territoire, on trouvera par exemple :

  • le DJ Network, comprenant cinq campus à Paris, Nantes et dans le sud-est (Lyon, Montpellier, Cannes)

  • l’UCPA, basée à Lyon, qui est la plus grande école de DJ française. Elle propose des formations dans toutes les compétences demandées à un disc jockey : mixage, mais aussi lumières, MAO, animation...

  • les centres de formation professionnelle de la musique (CFPM) : ils sont répartis partout en France. Premier établissement supérieur privé en la matière, on peut les trouver à Lille, Strasbourg, Rouen, Nice, Dijon...

Au-delà des cursus sur plusieurs années, ces écoles proposent également des formations courtes. En revanche, il n’y a pas vraiment de pré-requis pour devenir DJ, sinon de se montrer rigoureux et passionné par la musique. À cela, ajoutons qu’il faut accepter de se montrer disponible et faire preuve d’adaptabilité, car la demande peut évoluer très vite.

Rémunération : combien un DJ auto-entrepreneur est-il payé ?

Les DJ les plus connus sont évidemment les mieux rémunérés. À titre indicatif, David Guetta, qui est le 4e DJ le mieux payé au monde, a touché 13,5 millions de dollars en 2011.

Mais l’énorme majorité des DJ est loin de cette réalité, d’autant plus que la concurrence est de plus en plus forte.

Les auto-entrepreneurs peuvent en moyenne toucher entre 500 et 1000 € pour assurer l’ambiance d’un mariage. Lorsqu’un DJ est résident d’un club (c’est-à-dire qu’il y intervient de manière régulière), les soirées sont facturées entre 200 et 400 €. Il est d’ailleurs intéressant d’être DJ résident, car dans le cas d’une prestation ponctuelle, le salaire est un peu moins important (la prestation démarre autour de 150 €).

Un DJ doit-il faire une déclaration auprès de la SACEM ?

Une question récurrente chez les DJ souhaitant se lancer en auto-entrepreneur est leur rapport à la SACEM. Pour rappel, la Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique est une société à but non lucratif se chargeant de collecter pour ensuite répartir les droits dûs aux auteurs musicaux.

Ainsi, dès l’instant où vous diffusez de la musique soumise à des droits d’auteur dans un cadre autre que familiale, vous devez en informer l’organisateur de l’événement car c’est lui qui devra faire une déclaration auprès de la SACEM et donc régler les droits d’auteur. Cette déclaration est obligatoire, que vous travailliez dans le cadre d’un concert, dans un club privé, sur une radio ou sur le web.

À l’inverse, un DJ peut devenir membre de la SACEM dès lors qu’il compose ses propres titres et qu’il souhaite les protéger par des droits d’auteur. Il faut d’ailleurs préciser que la SACEM a créé le statut de DJ remixeur : si vous remixez des oeuvres en direct, vous avez la capacité de toucher des droits sur les arrangements que vous avez apportés. Mais attention, dans ce cas, vous dépendrez de l’Agessa ou de la Maison des Artistes et ne pourrez plus être auto-entrepreneur.

L'obtention d'une licence

Vous souhaitez mettre en place une soirée ou un événement musical ? Vous ne serez plus alors seulement intervenant mais organisateur. Dans ce cas, vous devrez obtenir une licence d’entrepreneur du spectacle de catégorie 2. À noter toutefois que cette licence n’est obligatoire que si vous effectuez plus de 7 représentations par an.

Comment se lancer en tant que DJ auto-entrepreneur ?

L’achat de matériel

Que le matériel vous soit fourni ou non lors de vos prestations, vous devrez avant toute chose vous entraîner. L’achat de matériel professionnel (platines, table de mixage, casque, éventuellement un logiciel de MAO…) est donc incontournable pour créer un studio chez vous.

Il existe sur le marché une large gamme de produits dont les prix peuvent grandement varier en fonction de leur qualité ou de leur performance. Pour faire les bons choix, pensez à contacter d’autres DJ qui pourraient être de bon conseil. Ce matériel étant souvent coûteux, il peut également être intéressant de le faire assurer en cas de casse ou dysfonctionnement.

N’oubliez pas enfin que si vous intervenez dans des soirées où les platines et autres accessoires ne sont pas fournis, vous devrez transporter les vôtres et donc posséder un véhicule.   

Démarchez vos premiers clients

Pour lancer votre activité de DJ auto-entrepreneur, il vous faudra tout d’abord multiplier les contacts et faire parler de vous. Ainsi, vous pouvez :

  • déposer des flyers, cartes de visite et affiches dans les commerces de votre secteur géographique

  • contacter les radios locales et leur présenter votre activité

  • lister les festivals et concerts où vous pourriez assurer les intermèdes entre deux groupes

  • démarcher les professionnels : discothèques, agences évènementielles, bars, organisateurs de mariages, etc.

Certains DJ font également appel à un agent qui se charge de trouver les lieux de prestations. Dans ce cas, vous devrez lui reverser une commission ou une somme forfaitaire.

Développez votre présence sur internet

Avant de faire appel à vos services, un client aura besoin de découvrir votre univers et vos aptitudes à animer une soirée. Vous avez donc tout intérêt à vous créer une vitrine virtuelle sur internet.

Pensez aux réseaux sociaux et notamment à Facebook et Twitter. Vous pourrez y partager vos playlists et éventuellement vos dernières compositions que vous aurez pu enregistrer sur YouTube. Ils seront également l’occasion de créer une communauté autour de votre activité et d’interagir avec vos abonnés. À vous de les fidéliser et pourquoi pas les surprendre pour leur donner envie de venir vous écouter lors d’un live.

Tout le monde n’étant pas sur les réseaux sociaux, créer son propre site internet peut être aussi un choix judicieux. Vous pourrez notamment y préciser votre secteur d’intervention, vos tarifs, vos influences musicales et le détail de vos prestations. Pensez à l’alimenter régulièrement pour le tenir à jour et mentionnez-le sur vos supports de communication.

Vous l’aurez compris, l’activité de DJ est avant tout un métier de passionné qui demande patience et persévérance. Pensez à vous entourer d’autres professionnels pour vous conseiller et continuez à vous entraîner pour perfectionner votre pratique. C'est à vous de jouer désormais !

L’article "Le DJ auto-entrepreneur, animateur de soirées par excellence"  a été noté 3.31 sur 5 sur 13 avis d'internautes.

Démarrez votre auto-entreprise en ligne
Le moyen le plus simple et rapide pour devenir auto-entrepreneur
DEVENIR AUTO-ENTREPRENEUR