Créer sa société après le régime auto-entrepreneur

Le régime auto-entrepreneur a été créé en 2009, pour inciter les Français à créer leur propre entreprise. Le dispositif a eu un écho retentissant auprès de la population, au regard du nombre de créations d’auto-entreprise. Si le statut est un moyen de se constituer un revenu, principal ou secondaire, c’est également un moyen de tester un projet d’entreprise en grandeur nature, en vue de quelque chose de plus grand.

Créer sa société après le régime auto-entrepreneur

 

 

 

 

 

Se donner les moyens de grandir

Les raisons qui poussent une personne à radier son auto-entreprise sont nombreuses. Cela va du simple abandon à la non-réalisation de chiffre d’affaires. Toutefois, certains quittent le régime pour se donner les moyens de grandir. Ils sont 7 % des auto-entrepreneurs à délaisser le statut pour créer une société. Cette décision est souvent dictée par le dépassement du plafond de chiffre d’affaires, la volonté de s’associer, la levée de fonds ou encore la déduction des charges. Toutefois,  changer de statut ne doit pas se faire sur un coup de tête. C’est une décision qui doit être mûrement réfléchie.

Premièrement, l’auto-entrepreneur doit savoir à quoi s’attendre en basculant dans un autre régime. En effet, il y a des différences fondamentales entre le fonctionnement d’une entreprise individuelle et celui d’une société. Le second demande plus de formalisme, dans la mesure où le dirigeant n’agit plus pour son propre compte. Par ailleurs, le passage d’un statut à un autre a des conséquences sur le régime fiscal. Si l’entrepreneur est imposé sur la base du chiffre d’affaires en régime auto-entrepreneur, ce n’est plus le cas en société. Il est désormais imposé sur la base des bénéfices réalisés. Ce n’est plus aussi simple. De nombreux candidats au basculement ont fait appel à un expert-comptable pour se charger du volet administratif.  

 

Avantages et inconvénients d’une société

Néanmoins, la société offre certains avantages par rapport à l’auto-entreprise. Ils peuvent notamment récupérer la TVA payée sur leurs achats, car ils ne sont plus concernés par la franchise. En B to B, la franchise de TVA peut handicaper les acteurs. D’un autre côté, les sociétés peuvent déduire les charges réelles de leurs chiffres d’affaires. Il en est de même pour l’amortissement des immobilisations. Un autre avantage de taille pour un entrepreneur qui ambitionne de développer son projet, une société peut ouvrir son capital à des investisseurs. Bien entendu, figure l’absence de plafond pour le chiffre d’affaires.

 

 

Publié le 11/02/2016

 

L’article "Créer sa société après le régime auto-entrepreneur" a été noté 4 sur 5 sur 1 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !