Peintre en bâtiment en auto-entreprise

Peintre en bâtiment en auto-entreprise

28 décembre 2018

L’auto-entreprise est souvent un atout pour les artisans du bâtiment. En tant que peintre, vous pouvez en effet développer votre activité tout en conservant une partie salariée ou en proposant sur vos chantiers des services complémentaires. Il existe toutefois des particularités sur la facturation et le montant de votre chiffre d’affaires. Le Portail Auto-Entrepreneur vous accompagne dans la découverte de ce métier et des avantages liés au statut.

Peintre en bâtiment auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) est la Chambre de Métiers et de l'Artisanat 

    Le code APE est généralement :  43.34.10 - Travaux de peinture en bâtiment

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 170 000 € à l'intérieur duquel la partie afférente aux activités de services ne doit pas excéder 70 000 €

    Rémunération mensuelle : de 20 à 45 € en moyenne par heure

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 12,80 % de votre CA pour la partie revente de fournitures et 22 % pour la main d'oeuvre

En quoi consiste le métier de peintre en bâtiment ?

L’artisan peintre est un professionnel du Bâtiment et travaux publics (BTP).

Il prépare les surfaces extérieures et intérieures (huisseries, murs, plafonds, façades et parfois les sols), gratte les anciens revêtements, ouvre les fissures et les rebouche, ponce, lessive, sable, enduit et lisse l’ensemble. Il y applique ensuite un revêtement, qu’il s’agisse de toutes les formes d’apprêt (sous-couche, solution anti-moisissures, hydrofuge ou ignifuge, préparation contre le salpêtre, etc.), de peintures (polymère, végétale, résine, époxy, crépi, etc.) et de vernis.

Le peintre est également l’artisan auquel faire appel pour l’installation des papiers peints, des tapisseries, des teintures, pour la création de fresques décoratives, la pose de faïence dans les salles de bains et les cuisines ainsi que l’ensemble des revêtements muraux.

En tant qu’auto-entrepreneur, vous pouvez proposer vos services pour la pose complémentaire de sols souples (moquette, linoléum, dalles, etc.), de carrelage (sols et murs) et l’application de certains produits, comme l’huile pour les plans de travail en bois dans les cuisines ou les salles d’eau.

Le peintre en bâtiment auto-entrepreneur travaille aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels. Vous pouvez choisir de ne travailler que pour des chantiers « domestiques » ou vous spécialiser dans les revêtements muraux d’extérieurs dédiés aux entreprises ou à l’industrie.

Au cours d’une journée-type, vous pourrez donc :

  • implanter et sécuriser une zone de chantier

  • monter un échafaudage

  • identifier la nature du support d’intervention et vérifier son état

  • préparer la peinture et les supports

  • réaliser les enduits

  • appliquer tous les types de peintures, vernis, laques, huiles, etc.

  • préparer ou poser un revêtement mural (tissus, tapisserie, faïence, etc.)

  • nettoyer la zone de travail

Zoom sur la sous-traitance dans le BTP

Il est fréquent dans le milieu du BTP que des entreprises cherchent des auto-entrepreneurs comme sous-traitants. Cela n’est pas illégal.Toutefois nous vous conseillons de rester prudent avec cette pratique et de n’y faire appel qu’occasionnellement et uniquement en signant un contrat de sous-traitance.

Vérifiez que votre mission est bien distincte de celle d’un salarié afin d’éviter que cela puisse passer pour du salariat déguisé qui est un délit. Veillez à avoir des horaires de travail distincts de ceux des salariés, apportez vos outils et rendez vous sur le chantier par vos propres moyens.

Bon à savoir

Le donneur d'ordre ou l’entreprise qui vous fait un contrat en tant que sous-traitant peut le rompre à tout moment sans obligation de vous verser des indemnités 

Comment devenir peintre en bâtiment ?

Une profession réglementée

Le métier de peintre en bâtiment fait partie des activités réglementées. Pour monter votre auto-entreprise dans le bâtiment, vous devez donc obligatoirement avoir un diplôme ou une équivalence.

Si vous ne détenez pas de diplôme spécialisé, vous pouvez justifier d'une expérience professionnelle de 3 ans en tant que travailleur indépendant ou de peintre en bâtiment salarié. Vous avez également la possibilité de faire valider votre expérience en passant une validation par l'expérience (VAE).

Pour cela, prenez contact auprès de votre CFE ou de l’agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) la plus proche de chez vous.

Attention, au moment de la déclaration d'activité de votre auto-entreprise, vous devrez obligatoirement attester de votre qualification professionnelle.

Les formations

Vous pouvez vous former au métier de peintre en bâtiment dès votre sortie du collège, après la 3ème. Les formations seront alors les suivantes :

  • CAP peintre-applicateur de revêtements pour les ouvriers du bâtiment (2 ans)

  • CAP façadier peintre

  • CAP peintre en décors

Vous pourrez ensuite faire le choix de continuer à vous former. Plusieurs diplômes sont en effet accessibles après l’obtention de votre CAP :

  • la Mention Complémentaire (MC) peinture-décoration (1 an) ou validée après 2 années minimum d'expérience professionnelle

  • le Brevet Technique des Métiers (BTM) peintre en bâtiment

  • le Bac pro peinture applicateur de revêtements (2 ans)

  • le Bac pro aménagement et finition du bâtiment (3 ans)

Il existe enfin une formation après le Bac : le BTS aménagement finition qui se prépare en 2 ans.

Quelles qualités pour exercer ce métier ?

Au-delà d’une parfaite connaissance des techniques et des matériaux que vous utiliserez, vous devrez :

  • être doté d’une sensibilité artistique pour allier harmonieusement les différentes teintes de peinture et avoir une vision globale de votre ouvrage

  • être minutieux et manuel : n’oubliez pas que vous serez amené à utiliser du petit outillage (ponceuse, scie électrique, etc.).

  • savoir vous adapter à la diversité des chantiers et des publics (clients et autres professionnels du bâtiment)

  • être un expert dans votre domaine afin de proposer les solutions les mieux adaptées. Pour cela vous devrez maîtriser toutes les caractéristiques des peintures ainsi que les techniques de ragréage, de talochage, mais aussi les méthodes d'application des enduits

  • savoir appliquer les règles et les consignes de sécurité

  • être en très bonne condition physique, ce métier nécessitant de rester parfois dans des positions inconfortables sur des temps plus ou moins longs.

Quelles sont les obligations d’un peintre en bâtiment ?

Les assurances obligatoires

Bien que l’auto-entreprise soit un régime simplifié, vous avez néanmoins l’obligation de souscrire des polices d’assurance propres à votre activité de peintre en bâtiment :

  • la responsabilité civile professionnelle (RC Pro) qui vous protège des dégâts éventuels causés à vos clients ou à leurs biens.

  • la responsabilité décennale et de bon fonctionnement : ce contrat d’assurance « construction » couvre les dommages qui pourraient compromettre la solidité de l’ouvrage en cours (pendant 10 ans à la réception du chantier), y compris si vous avez effectué les réalisations en sous-traitance.

Bon à savoir

Vous devrez mentionner votre garantie décennale sur vos devis et vos factures, en précisant le nom de l’assurance souscrite, les coordonnées de votre assureur ainsi que la couverture géographique du contrat. Vous serez également dans l’obligation de remettre à vos clients une attestation d’assurance décennale avant le début des travaux. 

Les autres assurances conseillées (non obligatoires)

N’oubliez pas dans votre contrat d’y inclure également votre équipement et votre véhicule à hauteur de votre activité et en fonction de la manière dont vous pensez l’exercer : nombreux déplacements, investissement dans du matériel coûteux, etc.

Garantie pendant les travaux

Certaines options de contrats peuvent vous garantir le paiement des dommages matériels qui affectent les matériaux et les éventuels approvisionnements du chantier avant la fin de celui-ci (garantie avant réception). Si vous envisagez des chantiers « à risques », gardez la possibilité de modifier certaines options de votre contrat d’assurance pro.

La protection juridique

Elle vous permet d’avoir accès à une assistance en cas de litige avec vos clients ou avec une autre entreprise qui travaille sur le même chantier que vous. La protection juridique, comme son nom l’indique, vous propose une défense en cas de procédure judiciaire qui concerne l’activité de votre auto-entreprise.

Comment bien démarrer son activité de peintre en bâtiment ?

Vous démarquer

Afin de vous différencier dans un marché fortement concurrentiel, vous pouvez faire le choix de proposer des prestations ou des compétences spécifiques :

  • être au fait des techniques complémentaires du badigeon, de la patine, de la peinture à l'essuyé, de la laque tendue, de la frise, du pochoir, de la résine de synthèse, du stuc, etc.

  • découper / remplacer des matériaux de revêtements et de finition mais aussi du verre et du carrelage

  • poser des éléments préfabriqués, des revêtements souples ou des appareils électriques simples par exemple

  • connaître les normes d'isolation phonique et les types d'isolation thermique

  • mettre en avant votre force de proposition et votre rôle de conseiller auprès de vos clients (choix de couleurs, de matériaux et de finition).

Pensez également au Certificat d'aptitude à la conduite en sécurité (CACES) qui vous permettra de :

  • manipuler les PEMP, plates-formes élévatrices mobiles de personnes (CACES R 386)

  • monter, démonter et utiliser des échafaudages roulants (CACES R 457) et des échafaudages de pied (CACES R 408)

Déterminer votre tarification

Le statut d’auto-entrepreneur facilite la gestion de votre activité. Cependant, il est important de bien définir votre tarif horaire avant de vous lancer.

En effet, vous ne pouvez pas déduire les charges courantes, vous devrez donc les assumer tout comme les assurances obligatoires, l’achat du matériel (en TTC) et des outils nécessaires à votre activité, sans oublier le carburant et l’entretien de votre véhicule et un éventuel local.

Nous vous conseillons donc de faire un prévisionnel de vos charges fixes afin d’évaluer le chiffre d’affaires qui vous permettra de rendre viable votre auto-entreprise.

Cette balance vous permettra ensuite de calculer votre tarif horaire en respectant les prix du marché et les règles de la concurrence.

Bon à savoir

En dessous d’un certain seuil de chiffre d’affaires, vous ne serez pas redevable de la TVA et ne pourrez pas la récupérer lorsque vous achetez du matériel. Cela signifie donc que vous facturez en HT, y compris le matériel que vous aurez acheté en TTC.

Une facturation à adapter en fonction de l’activité

Dans le cadre de vos activités, vous serez amené à vendre des matériaux (peinture, enduits, nez de cloisons, etc.) et à facturer des services (la main d'œuvre). Par conséquent, vous devez ventiler vos factures d'auto-entrepreneur en faisant apparaître clairement et de manière distincte les deux.

Vous devez également veiller à dissocier les deux (prestation de services et vente) lors de la déclaration de votre chiffre d’affaires.

Attention, les seuils de chiffres d'affaires ne s'additionnent pas ! Si vous exercez des activités relevant des deux catégories, vous pourrez facturer jusqu’à 70 000 € de services mais sans excéder les 170 000 € de plafond total annuel.

Cette règle s'applique aux auto-entreprises du bâtiment et à certains artisans lorsqu'ils fournissent les matériaux qui entrent à titre principal dans l'ouvrage à exécuter : peintres, plombiers, maçons, menuisiers, ébénistes, etc.

À noter que vous pouvez décider de facturer uniquement votre prestation de services. Dans ce cas, vous convenez avec vos clients qu’ils achètent eux-mêmes le matériel nécessaire au chantier (peintures, vernis, enduits, etc.) et qu’ils vous confient l’application et la pose. Cette option vous permet également de pallier le fait d’être exonéré de TVA.

Le Stage de Préparation à l'Installation

En tant qu’artisan, vous êtes concerné par le SPI. Sachez toutefois que cette formation obligatoire pour tous les artisans, devrait être rendue facultative pour 2019. La loi a été adoptée en première lecture et est en attente d'adoption définitive par l'Assemblée Nationale. Pour en savoir plus sur le SPI, c’est juste ici.

Devenir auto-entrepreneur dans le secteur du BTP est une bonne idée pour un artisan peintre en bâtiment. Reste à vérifier, avant de vous lancer, que sur votre territoire et avec vos besoins, les spécificités liés au statut restent intéressants pour la rentabilité de votre auto-entreprise. À vos rouleaux ! 

L’article "Peintre en bâtiment en auto-entreprise"  a été noté 3.86 sur 5 sur 14 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

Démarrez votre auto-entreprise en ligne
Le moyen le plus simple et rapide pour devenir auto-entrepreneur
DEVENIR AUTO-ENTREPRENEUR