webdesigner_auto-entrepreneur

Web-designer

26 août 2019

   6 minutes

La plupart des métiers du web se pratiquent en libéral. Monter son auto-entreprise en tant que webdesigner séduit de plus en plus de professionnels. Découvrez les avantages et les conditions pour bien débuter sur la toile et faciliter la visibilité de vos clients.

Web designer auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) est l'URSSAF 

    Le code APE est généralement :  62.10Z - Programmation informatique

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 70 000 € 

    Rémunération mensuelle : environ 50 € de l'heure

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 22 % de votre CA

En quoi consiste le métier de web designer ?

Le webdesigner conçoit des pages web, des sites internet ainsi que des applications. Il est aussi celui qui en crée la charte et l’environnement graphiques.

Au-delà des sites internet, le designer web est également le professionnel auquel on peut faire s'associer pour réfléchir avec des équipes de communication aux meilleurs outils web d’une entreprise ou d’une collectivité : livre numérique, outils interne de communication, logiciels de gestion, portail et interfaces internet/intranet, boutique en ligne, logiciel de service après-vente, etc.

L’auto-entrepreneur en web design travaille autant pour des travailleurs indépendants que pour des entreprises ou des collectivités. Vous pouvez cibler votre clientèle et vous spécialiser dans un ou plusieurs domaines précis (culture, environnement, commerce, etc.) et ainsi prétendre à une plus grande expertise et à des prestations spécialisées uniques. Cela se répercutera dans votre tarification et dans les missions de conseils que vous pourrez proposer à vos clients.

Vous pouvez également, selon votre lieu d’implantation, votre territoire de travail et vos compétences, choisir de proposer vos prestations au plus grand nombre avec des sites et des applications dont les arborescences s’adaptent à tous, en adaptant une programmation type, si vous maîtrisez cette dernière. Moins spécialisé, ce choix vous permettra de développer votre portefeuille clients et d’élargir votre panel d’usagers.

Il arrive qu’un webdesigner à son compte complète son activité d’auto-entrepreneuriat avec un temps partiel au sein d’un studio de création ou d’un service communication (association, entreprise privée ou collectivité publique).

Les principales activités

  •  

    Analyse des besoins et constitution d’un cahier des charges pertinent

  •  

    Design graphique adapté web : illustration, animation, photographie, etc.

  •  

    Infographie

  •  

    Gestion des affichages et des téléchargements pour veiller au « responsive design », pour une consultation optimale quel que soit le support (tablette, ordinateur, portable).

  •  

    Marketing

Les activités spécifiques ou complémentaires

  •  

    Conseils en communication

  •  

    Établir une charte graphique globale

  •  

    Proposer de l’hébergement ou de la gestion d’hébergement pour vos clients

  •  

    Traffic Management

À noter que le webdesigner peut être amené à faire de l’intégration HTML (et dans ce cas connaître des langages de programmation, différents types de codes et de frameworks ) ou gérer le référencement d’un site. Des compétences en SEO et en programmation web seront alors de vrais plus pour élargir votre palette de compétences. Les activités de développeur web et expert SEO restent toutefois des métiers à part entière et nécessitent une expertise approfondie.

Quelles sont les formations pour devenir designer web ?

Il existe de nombreuses formations et écoles qui permettent de devenir webdesigner dans le public mais surtout dans le privé.

En France, ce métier n’est pas réglementé. Il vous est donc tout à fait possible de l’exercer sans avoir de diplôme. Toutefois, dans un secteur fortement concurrentiel, il peut être recommandé de pouvoir se démarquer grâce à une solide formation, même si celle-ci est autodidacte !


Information importante

Si vous exercez votre métier de webdesigner en lien avec un professionnel libéral réglementé (architecte par exemple), vous devrez obligatoirement justifier de l’obtention d’un diplôme. 

Quelques exemples de formations après le Bac

  •  

    BTS design graphique, option communication et médias numériques (2 ans)

  •  

    BTS Designer web (2 ans)

  •  

    DUT métiers du multimédia et de l'internet (2 ans)

  •  

    DNAP option Design graphique — Écoles des Beaux-arts (3 ans)

  •  

    Licence professionnelle en webdesign, création web, design numérique ou services et produits multimédias (3 ans)

  •  

    Bachelor métiers du web, Web Design et communication graphique ou webmaster/webdesigner (3 ans)

  •  

    DSAA Design mention graphisme (4 ans)

  •  

    DN MADE Diplôme national des métiers d'art et du design mention numérique (3 ans)

  •  

    DNSEP option Design graphique — Écoles des Beaux-arts (5 ans)

  •  

    Master création numérique spécialité design d'interface (5 ans)

Quelles sont les compétences pour devenir webdesigner ?

La profession de designer web nécessite une grande technicité dans les deux domaines principaux du métier : l’informatique et le graphisme. Ce métier demande donc des compétences spécifiques et la plupart des professionnels disposent d’une solide formation (diplômante ou non) dans le multimédia, l’art, la culture ou la communication.

Il faut également être en capacité de faire de la gestion de projets et du suivi administratif notamment en ce qui concerne les engagements que vous passerez avec vos clients. Certains contrats peuvent nécessiter des clauses spécifiques (concurrence, SAV, confidentialité, compétitivité, etc.). N’hésitez pas à faire appel à un juriste selon les cas pour vous aider à les rédiger ou pour les relire.

Les compétences indispensables

  •  

    Maîtriser les logiciels de design graphique (Photoshop, Illustrator, InDesign, etc.)

  •  

    Connaître le monde de l’art, l’histoire du design et les dernières tendances

  •  

    Être au fait des nouvelles techniques et savoir se tenir au courant de l’évolution du métier (technique et artistique)

  •  

    Savoir conseiller vos clients sur des choix déterminants lié à la communication de leur entreprise ou de leurs produits

  •  

    Être doué en mathématiques

Comment bien démarrer son activité ?

1 - Les premiers investissements

Avant de commencer, il est toujours primordial d’établir une étude de faisabilité avec une projection des charges à 3 ans. N’oubliez pas d’y inclure les premiers investissements nécessaires à l’ouverture de votre activité : matériel informatique puissant, tablette graphique, appareil photo, licences pour les logiciels professionnels, ligne téléphonique et abonnement à la fibre, etc. Et selon votre cas, calculez aussi la projection financière liée à la location ou sous-location d’un espace de travail avec les charges courantes et les fluides.

2 - Soigner sa communication

Comme le dit le proverbe, « les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés ». Ainsi il est souvent complexe pour un webdesigner d’être satisfait de sa communication et de son site web. Il y a, en effet davantage d’enjeux pour vous que pour n’importe quel auto-entrepreneur qui pense et construit à son site web !

Néanmoins, ce moyen de communication, outre les démarches électroniques ou en personne, reste extrêmement porteur et puissant. Ne le négligez pas, surtout lorsque vous débutez !

3 - Travailler en partenariat

Être ultra compétent dans les deux domaines principaux du webdesign (la programmation et le design graphique) demande beaucoup de travail et entrave parfois la partie démarchage du métier. Certains profils sont « déséquilibrés », vous pouvez exceller dans le graphisme mais n’avoir que peu de connaissances en développement web. Aussi, il arrive que des designers web s’associent. Ils mettent, ainsi, en complémentarité leurs compétences pour répondre à des appels d’offre ou des marchés trop importants pour leurs seules auto-entreprises. Il n’est pas rare non plus qu’une équipe se constitue entre plusieurs auto-entreprises dans le domaine du web et de l’informatique (webdesigner, développeur, chef de projet multimédia, monteur vidéo, illustrateur, rédacteur, etc.) pour décrocher un contrat remarquable.

En résumé, monter son auto-entreprise dans le secteur de l’informatique est idéal, particulièrement pour un webdesigner. L’avantage de ce métier est qu’il peut être pratiqué partout et que vous pouvez développer le nombre de vos clients au-delà de votre ville et même des frontières (à condition, évidemment, d’avoir un accès internet !).

Dans ce secteur en forte hausse d’activité, avec de nombreux concurrents, il ne faut pas hésiter à être offensif aussi bien dans votre communication que dans les services que vous proposez, et à faire chauffer claviers et stylets !

L’article "Web-designer"  a été noté 4,8 sur 5 sur 6 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !