graphiste-freelance-auto-entreprise

Graphiste indépendant

6 janvier 2020

   6 minutes

Le design graphique, comme la plupart des métiers du graphisme, se pratique le plus souvent en libéral, et se déploie dans différentes branches, de la création textile à la communication, en passant par l’art, l’édition et le luxe. Jeunes diplômés, le statut d’auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur) est simple et séduisant pour démarrer votre carrière. Découvrez les avantages et les conditions pour passer le cap et développer votre visibilité en tant que designer graphique.

Graphiste auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) est l'URSSAF 

    Le code APE est généralement : 7410Z – Activités spécialisées en design

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 72 500 € 

    Rémunération mensuelle : entre 40 et 50 € HT de l’heure

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 22 % de votre CA

En quoi consiste le métier de graphiste ?

Le design graphique est partout dans notre société, de l’affiche 4 x 3 aux paquets de pâtes en passant par les étiquettes de boissons et les papiers à en-tête des entreprises. Les graphistes (aussi appelés designers graphiques et parfois infographistes) sont des créateurs qui développent la stratégie et le mode de communication visuelle de leurs clients. Ils conçoivent le plus souvent les identités graphiques tels que le logo et l’ensemble de l’univers visuel. 

Ils sont donc des acteurs clefs du monde de la communication puisqu’ils rendent reconnaissables au premier regard une marque, un festival de musique, une association humanitaire, un théâtre ou un musée.

Le designer graphique conçoit les visuels en 2 et 3 dimensions, des images fixes ou animées. Il choisit les couleurs, les typographies, les codes et le meilleur support de diffusion en fonction du projet et de la commande : affiche, web, publicité, flyer, édition, etc.

Les graphistes expriment donc leur sens artistique et leurs idées, à travers les arts visuels, en les associant aux techniques publicitaires, commerciales et de marketing. Ils travaillent aussi bien sur des supports éditoriaux imprimés que dans les champs du numérique.

Qui fait appel à un graphiste ?

En tant qu’auto-entrepreneur graphiste vous êtes amené à travailler pour :

  • des travailleurs indépendants qui ont besoin d’une charte graphique
  • des entreprises
  • des cabinets
  • des collectivités

Vous pouvez cibler votre clientèle et vous spécialiser dans un ou plusieurs domaines précis (arts, architecture, emballage, humanitaire, publicité, etc.) et ainsi affiner vos prestations.

Ne perdez pas de vue que le graphisme, bien qu’il soit partout dans notre quotidien, est un milieu professionnel fortement concurrentiel. Il est donc important de sortir du lot.

La majorité des graphistes choisissent de travailler pour le plus grand nombre en proposant des créations diverses et multiples, sans se spécialiser. Vos clients pourront alors être un cabinet de dentiste tout autant qu’un artisan qui souhaite changer de logo ; un bureau d’études qui a besoin de mettre en page et en images un dossier pour un concours avec des dessins et une typographie qui l’aideront à se démarquer ou encore une mairie qui lancera un appel d’offre pour la charte graphique de sa future médiathèque. 

À l’inverse, faire le choix d’une spécialisation, par exemple, est une ligne professionnelle un peu risquée, mais si elle est bien pensée, vous aurez des répercussions à la fois sur votre portefeuille clients et votre tarification. Les missions de conseils et d’expertise sont en effet une vraie valorisation pour votre auto-entreprise. 

Vous pouvez aussi décider d’ouvrir vos prestations en vous associant à un web designer, car selon où vous travaillez (petite et moyennes villes par exemple), il peut être bénéfique de jouer la carte de la complémentarité.


Le saviez-vous ?

Connaissez-vous la différence entre le métier de web designer et celui de designer graphique ?

Le designer graphique (ou graphiste) est un professionnel de la communication qui créé et conçoit des messages graphiques. Il trouve des solutions de communication visuelle grâce à sa culture et sa formation artistiques.

Le web designer a aussi des notions de graphisme. C’est une branche technique du graphisme appliqué au web, à la vidéo et aux dérivés (applications, blogs, site, multimédia, etc.). Il doit donc maîtriser les techniques et langages de programmation, l’image fixe autant qu’animée, connaître et comprendre le référencement et les contraintes du web pour travailler sur tous les types de nouveaux médias.

Les connaissances et savoir-faire pour devenir designer graphique

Ce que l’on attend en priorité d’un graphiste est l’équilibre entre sa créativité, sa maîtrise techniques et sa capacité à atteindre l’objectif de communication de son client.

En tant que designer graphique vous devrez, évidemment savoir dessiner et maîtriser les codes graphiques (de la typographie aux couleurs en passant par la structuration de vos compositions) et allier ces savoir-faire à des connaissances et compétences techniques (matériaux et procédés d’impression, processus de fabrication, logiciels, etc.). 

Par ailleurs, un bon graphiste doit :

  • être d’une personnalité curieuse
  • avoir une solide culture générale et un fort bagage culturel et artistique
  • être ouvert à ce qui l’entoure
  • avoir un esprit perspicace face aux avant-gardes et à ce qu’il se passe dans la société


Bon à savoir

Vous devrez également savoir gérer le stress (car les rendus ont souvent des délais extrêmement serrés et l’exigence des commanditaires est accrue). Il est également indispensable d’avoir une grande capacité d’adaptation et un bon sens du relationnel.

Les formations

Le métier de graphiste, infographiste ou designer graphique n’est pas réglementé en France. Il peut donc être exercé sans diplôme. 

Toutefois, ce secteur étant vraiment concurrentiel, il est fortement conseillé de se former pour ainsi attester de ses compétences auprès de ses futurs clients. Il existe de nombreuses formations aux métiers du graphisme et de la communication.

Prenez le temps de bien vous renseigner : leur coût et leur durée sont variables d’une école à une autre.

À titre d’exemple, on pourra citer ces diplômes post-Baccalauréat :

  • Brevet de technicien supérieur (BTS) Design graphique, option communication et médias numériques (2 ans)
  • DMA arts graphiques, option illustration ou option typographie (2 ans)
  • Diplôme national d’arts Plastiques option Design graphique (DNAP) — Écoles des Beaux-arts (3 ans)
  • Diplôme national d’art (DNA) option communication ou option design (3 ans)
  • Diplôme national des métiers d'art et du design mention graphisme (DN MADE) (3 ans)
  • Diplôme supérieur des arts appliqués (DSAA) spécialité Design mention graphisme (4 ans)
  • Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP) option Design graphique — Écoles des Beaux-arts (5 ans)
  • Directeur artistique en design visuel et digital (ECV) (5 ans)

Les droits à la formation


Information importante

Un diplôme vous sera obligatoirement demandé si vous travaillez en tant que graphiste avec un ou plusieurs professionnels libéraux dont le métier est, lui, règlementé comme les commissaires-priseurs ou les architectes par exemple.

Quelques conseils pour créer votre auto-entreprise en graphisme

Les premiers pas

Lorsque l’on opte pour un métier où la concurrence est rude, il est nécessaire de faire une projection des coûts et investissements (idéalement sur 3 ans) et d’avoir une carte réelle (et non idyllique) du marché potentiel.

Une étude de faisabilité est donc toujours conseillée. Elle reprendra l’ensemble des charges incompressibles de votre micro-entreprise et vous donnera ainsi une idée du chiffre d’affaires que votre auto-entreprise devra dégager pour être viable à court et à moyen termes.

Quelques exemples de charges :

  • Matériel (ordinateur, tablette graphique, scanner, imprimante A3 laser, appareil photo, etc.)
  • Licences des logiciels professionnels (Photoshop, Illustrator, Indesign, LightRoom, etc.)
  • Déplacements (carburant et véhicule) car démarcher et rencontrer ses clients ou futurs clients entraînent des coûts à ne pas négliger
  • Abonnements (téléphonie, internet, banque d’images, etc.)
  • Achat des licences d’exploitation de typographies
  • Loyer, etc.


Bon à savoir

La tentation de travailler à la maison pour éviter de payer un loyer professionnel est grande, surtout dans les premiers mois de la création de son auto-entreprise. Sachez tout de même que vous devrez vous acquitter d’une taxe auprès de votre Centre des impôts, même si vous déclarez travailler depuis chez vous.

Il s’agit, en effet, de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) due par toutes les entreprises y compris les micro et auto-entreprises. Vous en êtes, néanmoins, exonéré la première année d’activité.

Démarcher et communiquer

Se faire connaître reste indispensable pour les graphistes, bien le faire est souvent une véritable problématique pour les tous professionnels de la communication.

Anticipez cette facette avant de débuter afin de pouvoir prospecter et avoir une bonne visibilité dès les premières semaines de votre activité.

Mutualiser ou travailler en complémentarité

Il n’est pas rare en art et en graphisme que plusieurs auto-entrepreneurs, artistes et indépendants se regroupent dans un même local afin de partager les frais, qui vont du loyer et des fluides à certains achats de matériel en commun (risographie, scanner graphique, imprimante 3D, etc.). Avoir un espace de travail commun, c’est aussi la possibilité de mettre en place un studio photo, d’avoir une salle de réunion ou un espace de monstration mutualisés.

Cela permet non seulement de réduire certains coûts mais également de ne pas rester isolé, car, comme tous les métiers créatifs, les échanges et le réseau comptent en partie dans la réussite de l’entreprise. Avoir des profils et des compétences différents, permet à chacun d’ouvrir d’autres portes professionnelles, en s’associant sur un ou deux gros projets par exemple. Il faut, évidemment, bien s’entendre professionnellement avec ses colocataires pour que cette aventure plurielle fonctionne !

Comment s'associer entre auto-entrepreneurs ?

L’article "Graphiste indépendant"  a été noté 4,6 sur 5 sur 30 avis d'internautes.