formateur-auto-entrepreneur

Formateur indépendant

30 décembre 2019

   5 minutes

Envie de transmettre votre savoir-faire et/ou vos connaissances dans le cadre de formations pour adultes ? Bonne nouvelle, le métier de formateur offre de nombreuses possibilités en termes de prestations et la demande du public est aujourd’hui grandissante. Découvrez l’essentiel à connaître sur cette activité et lancez votre auto-entreprise (ou micro-entreprise) en toute simplicité !

Formateur auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises est généralement l'URSSAF

    Le code APE est généralement : 85.59B Formation continue d’adultes

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 72 500 €

    Rémunération mensuelle : à partir de 25 € par heure de formation (en fonction de l’expertise du formateur)

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 22 % de votre CA

Le métier de formateur en détails

Il ne faut pas confondre formateur et professeur ! Un formateur travaille exclusivement avec des adultes qui sont salariés et souhaitent approfondir leurs compétences, avec des demandeurs d’emplois, ou avec des personnes entamant une reconversion professionnelle. 

Le formateur indépendant peut exercer de plusieurs façons :

  • à travers un organisme de formation public ou privé : il effectue alors la prestation dans les locaux de l’organisme à qui il facture la prestation
  • directement au sein des entreprises, sur demande des services de ressources humaines par exemple
  • dans ses propres locaux


Bon à savoir

Si vous êtes salarié et que vous souhaitez faire de la formation votre seconde activité, la micro-entreprise est adaptée à votre profil seulement si vous dispensez plus de 30 jours de formation par an. En dessous de ce plafond, vous serez considéré comme un formateur occasionnel et devrez percevoir une rémunération salariée.

Le formateur intervient sur des demandes spécifiques et il doit apporter aux participants des connaissances aussi bien théoriques que pratiques. Il peut proposer des formations au programme fixe, ou envisager des contenus sur mesure en fonction de la demande de son client.

Les qualités d'un bon formateur

S’il faut bien évidemment un sens poussé de la pédagogie, le formateur doit aussi faire preuve d’un sens de l’adaptation très développé. Les stagiaires qu’il reçoit peuvent avoir des âges et niveaux très différents : à lui de savoir s’adapter pour proposer des programmes qui fassent progresser chacun.

Les formations pour adultes se déroulent majoritairement en groupe. En devenant formateur, vous devrez apprendre à l’animer et le réguler. Il n’est pas forcément facile de conserver l’attention et la concentration de stagiaires professionnels qui ne sont plus sur les bancs de l’école depuis bien longtemps. Pour rendre votre formation efficace et dynamique, la participation est de mise. À vous de trouver des exercices de mise en pratique ou des techniques d’animation pour impliquer vos stagiaires.

Un métier aux nombreux horizons

Il y autant de formations à proposer que de métiers ! Selon votre expérience et votre profil, vous trouverez une grande variété de formations à créer : 

  • Ressources humaines : management, animation de réunion, teambuilding, gestion des paies… 
  • Accompagnement au changement : accompagnement des salariés dans la numérisation de leur emploi ou d’une réorganisation de leur entreprise
  • Finances, comptabilité 
  • Artisanat : fabrication, cuisine, pâtisserie 
  • Numérique : bureautique, graphisme… 
  • Mais aussi le développement de la RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise), l’orthographe, la communication, le marketing, etc.

Quels diplômes pour devenir formateur ?

L’activité de formation pour adultes ne fait pas partie des professions réglementées. Cela signifie qu’aucun diplôme n’est obligatoire. 

Cependant il est plus facile de trouver des clients en possédant un titre Bac +3 à Bac +5 dans le domaine enseigné, ainsi que quelques années d’expérience professionnelle à son actif. 

Si vous voulez approfondir vos connaissances pédagogiques, vous pourrez intégrer une licence professionnelle « Métiers de la formation de base et de l’insertion des adultes » accessible à partir d’un Bac + 2 et proposée dans plusieurs métropoles françaises.

Devenir formateur en auto-entreprise : mode d’emploi

La plupart des adultes qui se forment le font dans le cadre de leurs droits à la formation. Pour débloquer ces droits, ils sont obligés de faire appel à des professionnels agréés de la formation. 

Après avoir créé votre auto-entreprise, vous devrez donc également déposer une déclaration initiale d'activité. Cette démarche est indispensable pour vous permettre de commencer votre activité.


Information importante

La déclaration doit être faite uniquement après votre première formation, et maximum 3 mois après cette dernière.

Pour déclarer votre activité, il vous faut remplir le formulaire CERFA n° 10782*04. Après avoir indiqué toutes les informations demandées, vous devrez joindre :

  • un justificatif de votre numéro Siren, que vous recevrez peu de temps après la création de votre auto-entreprise
  • le bulletin n°3 de votre casier judiciaire, disponible gratuitement sur simple demande en ligne
  • une copie de votre premier contrat de formation professionnelle
  • le programme de la première formation dispensée, avec toutes les informations la concernant (où elle a été réalisée, quels intervenants, etc.) 

Ce dossier doit être transmis au service régional de contrôle de la formation professionnelle (SRC) de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Dirrecte).

Si votre dossier est complet, vous recevrez une réponse dans un délai maximum de 30 jours avec votre numéro d’enregistrement. Ce dernier devra être inscrit sur toutes les conventions de formation  signées avec vos clients (ou sur vos factures).

Les obligations des formateurs en auto-entreprise

La convention ou le contrat : un document à fournir à chaque formation

Vous formez des professionnels ? Une convention de formation doit être établie.

Si vous formez des particuliers, on parlera de contrat de formation, qui doit être lui aussi créé et signé pour chaque formation. 

Ces deux documents doivent préciser :

  • les informations de la formation (intitulé, durée, programme, prérequis et nombre de stagiaires, modalités logistiques …)
  • les informations vous concernant (nom, raison sociale…)
  • les informations financières (mode de paiement et tarif)

Après la fin de la formation, vous devrez remettre aux stagiaires une attestation de formation qui précisera également la nature de la formation et sa durée.   

Le bilan pédagogique et financier : une démarche annuelle

Dès lors que vous faites partie des formateurs déclarés à la Direccte, vous devrez réaliser tous les ans un bilan pédagogique et financier (BPF). Attention : cette démarche est spécifique à votre activité de formateur et ne vous dispense pas des autres déclarations liées à la micro-entreprise (déclaration de chiffre d’affaires et d’impôt sur le revenu par exemple). 

Elle devra être effectuée au plus tard le 30 avril chaque année et vous transmettrez votre BPF :

Dans ce bilan, il vous faudra indiquer votre chiffre d’affaires et sa provenance. Vos différentes rentrées d’argent seront également détaillées selon le mode de financement utilisé par vos stagiaires (financement employeur, droit à la formation des travailleurs indépendants, prestations sous-traitées par un organisme de formation etc.). 

Au-delà de ces informations financières, des détails sur chacune des formations dispensées vous seront demandés, comme par exemple :

  • le nombre de stagiaires et leur situation professionnelle
  • l’objectif des formations et les spécialités de ces dernières

Pour être à même de réaliser cette démarche facilement, nous vous conseillons de conserver toutes les conventions de formation établies avec vos stagiaires. 

Une fois votre entreprise créée et ces démarches réglées, il ne vous restera plus qu’à prospecter de potentiels clients prêts à faire appel à vos services d’expert. 

Nos conseils pour se lancer dans le métier de formateur

N'ayez pas peur de démarcher

Pour vous lancer, faites des recherches sur les centres de formation de votre région et n’hésitez pas à les contacter pour obtenir vos premières formations. Si certains salarient leurs formateurs, nombreux sont ceux qui font appel ponctuellement à des professionnels indépendants.  

Soignez votre réseau

Vous avez quelques années d’expériences professionnelles derrière vous ? Utilisez-les comme tremplin ! Parlez de votre nouvelle entreprise à vos anciens collègues afin de renforcer le bouche-à-oreille.  

Prenez également soin d’entretenir une bonne relation avec vos stagiaires, qui pourront eux aussi vous parler de vous autour d’eux. 

Adaptez-vous

Pour convaincre vos premiers clients, n’hésitez pas à vous adapter en proposant des programme sur mesure ! Qu’il s’agisse de remodeler votre programme de formation, d’en changer la durée ou le nombre de participants, faire preuve d’une certaine flexibilité vous permettra de convaincre un public plus varié. 


Vous l’avez compris, la pédagogie et la patience sont au cœur du métier de formateur. De la création de votre activité à vos séances d’enseignement, en passant par la phase de prospection, l’organisation et l’adaptabilité seront vos meilleures alliées. La micro-entreprise apparaît à cet égard comme le choix le plus simple pour lancer votre projet : une fois immatriculé, vous profiterez en effet d’un statut simplifié et pourrez vous consacrer pleinement à votre cœur de métier. À vous de jouer !

L’article "Formateur indépendant"  a été noté 4,5 sur 5 sur 44 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !