developpeur-web-auto-entrepreneur

Développeur web

6 juin 2020

   5 minutes

Le développeur web est un professionnel incontournable des métiers du digital et nombreux sont ceux qui exercent aujourd’hui en freelance. Vous aussi, vous souhaitez vous installer en indépendant ? Choisir la micro-entreprise (ou auto-entreprise) comporte de multiples avantages pour ce métier en constante expansion. Compétences requises, type de clientèle et conseils pour bien débuter, voici tout ce qu’il faut savoir pour faire du développement web en auto-entrepreneur.

Développeur web auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises est généralement l'URSSAF

    Le code APE est généralement : 62.10Z - Programmation informatique

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 72 500 €

    Rémunération mensuelle : 500 à 650 € / jour 

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 22 % de votre CA

En quoi consiste le métier de développeur web ?

Parmi les nombreux métiers du web, celui de développeur ou programmeur (pas programmateur, ça c’est pour la machine à laver !) est une spécialité  indispensable à tout projet digital. Ce professionnel pense et réalise les fonctionnalités techniques d’un site ou d’une application. Il maîtrise les codes et les différents langages de programmation. 

Plus précisément, le développeur web indépendant devra :

  • analyser les besoins de son client
  • rédiger le cahier des charges, employer les méthodes agiles et le développement par itérations successives
  • concevoir l’architecture du site et des bases de données
  • proposer et mettre en place la meilleure solution technique (programmer les développements les plus pertinents pour chaque projet)
  • effectuer les tests et corrections avant livraison du produit fini (repérage et gestion des bugs) 

En tant que développeur / développeuse indépendant(e), vous travaillez le plus souvent seul sur un projet et devez le mener de bout-en-bout pour sa partie technique (quelques grosses entreprises peuvent embaucher une équipe de développeurs, mais c’est plutôt rare).

Il peut également arriver que certains clients vous sollicitent pour une formation technique afin d’administrer leur site de manière autonome.

Vous pouvez aussi être missionné pour la maintenance et le support technique du site ou de l’application après la production et la livraison (correction régulière des bugs, mise à jour de contenus, suivi dans l’évolution des programmes et/ou des supports par exemple).

Pensez également à proposer à certains de vos clients la possibilité d’assurer une prestation d’hébergement pour leur site (et donc de faire pour eux le liens avec les fournisseurs).

Quelles formations pour devenir développeur web ?

Il existe de nombreuses formations réparties sur l’ensemble du territoire, aussi bien dans des universités publiques que dans des centres privés.

Vous pouvez exercer en tant que développeur freelance sans être diplômé car cette profession n’est pas réglementée en France. 

Néanmoins, comme ce métier est en pleine évolution et fait partie des professions attractives, justifier d’une solide formation peut vous permettre de vous démarquer de la concurrence. N’hésitez pas à promouvoir vos compétences et vos acquis (y compris si vous les avez obtenus en étant autodidacte, comme cela arrive souvent chez les passionnés du code !).


Bon à savoir

Faire de la veille sur les avancées techniques et technologiques, se tenir informé des évolutions et changements de modèles et de langages sont aussi indispensables au-delà de la période de formation et tout au long de votre carrière.

Quelques exemples de diplômes

  • Titre professionnel (TP) Développeur logiciel (1 an) ou Développeur web et web mobile (1 an)
  • Brevet de technicien supérieur (BTS) Services informatiques aux organisations option solutions logicielles et applications métiers (2 ans) ou Systèmes numériques option informatique et réseaux (2 ans)
  • DUT Informatique (2 ans)
  • Licence pro métiers de l'informatique : conception, développement et test de logiciels (diplôme Bac + 3. Formation en 1 an après un diplôme de bac + 2)
  • Développeur d'application full stack (diplôme Bac + 4. Formation en 24 mois après un diplôme de bac + 2)
  • Titre professionnel (TP) Concepteur développeur d'applications (Diplôme Bac +4. Formation en 2 ans après un Bac +2)
  • Diplôme d'ingénieur - Institut d'ingénierie informatique de Limoges (5 ans) ou Université de technologie de Compiègne, spécialité informatique (5 ans)
  • Mastère spécialisé Technologies du web et cyber sécurité (Diplôme Bac +6. Formation en 1 an après un Bac +5)

Quelles compétences pour faire du développement web ?

En tant que développeur/développeuse web, vous devez évidemment comprendre les besoins et attentes de vos clients et savoir les traduire techniquement, avec des solutions stables et efficaces.

Les compétences indispensables

Les premières compétences attendues sont une passion pour le code et la maîtrise absolue des différents outils techniques :

  • Les langages de programmation (PHP, Java, C++, MySQL, Python, Ruby, Perl, etc.)
  • Les CMS (Content Management System), en français le Système de gestion de contenus (CSG), la famille de logiciels d’application qui gèrent la création et la modification des contenus numériques des applications et sites web comme Joomla!, WordPress, Drupal, Typo3, etc.
  • Les différents types de Framework qui sont un ensemble d'outils et de librairies pour améliorer la productivité. Ils sont utilisés pour construire la structure (squelette et architecture) des sites et des applications web comme par exemple Django, Ruby on Rails, Symphony, ReactJS, VueJS.

Il peut arriver que certains clients vous demandent d’effectuer des tâches complémentaires, qui seraient davantage du domaine d’un webdesigner ou d’un webmaster dans la conception du site, aussi bien au niveau structurel qu’artistique ou graphique. Connaître certaines facettes de ces métiers peut donc être un avantage pour certains projets, sinon... pensez à la collaboration !


Le saviez-vous ?

Les graphistes donneront l’identité, la personnalité et la visibilité immédiate aux projets sur lesquels vous travaillez. Savoir s’entourer de professionnels de confiance peut vous permettre de répondre à de gros appels d’offre.

Les spécialités

Vous pouvez décider de pratiquer le développement web de manière large ou choisir de vous spécialiser. Cela peut être un atout pour vous démarquer selon votre implantation et le portefeuille client que vous visez.

À titre d’exemple, certains sont plus spécifiquement développeur Full Stack ou WordPress, ou font de  l’intégration web ou développent uniquement des applications mobile.

Mais avant de faire ce choix, nous vous conseillons de réaliser une étude de faisabilité, afin de vérifier qu’une spécialisation reste bien un avantage et non un handicap pour votre auto-entreprise à moyen et long termes.

Bien démarrer votre activité de développeur web indépendant

Prévoir ses premiers investissements

La première chose à faire quand on démarre dans un secteur en forte expansion est de travailler son business plan. Il s’agit pour vous de bien repérer l’ensemble de vos charges et frais fixes et de projeter votre activité à N+3 (c’est-à-dire sur les 3 premières années) afin d’avoir une vision globale des coûts au plus juste. 

Cela vous permettra ainsi de connaître le chiffre d’affaires à viser pour être viable et rentable au plus vite. N’hésitez pas à réaliser une étude de faisabilité, qui prendra aussi en compte l’environnement de votre future auto-entreprise (y a-t-il beaucoup d’autres programmeurs dans votre région, ont-ils des spécialisations complémentaires ou concurrentielles des vôtres, etc.). 

Quelques exemples de frais incompressibles de votre auto-entreprise :

  • Matériel informatique performant (investissement à l’achat mais pensez aussi aux coûts d’entretien et anticipez le renouvellement régulier de votre parc informatique)
  • Abonnements (téléphonie, internet, hébergement des serveurs, cloud, etc.)
  • Licences de certains logiciels professionnels
  • Frais de déplacements (carburant, entretien du véhicule et stationnement) car rencontrer régulièrement ses clients reste primordial dans des métiers où les échanges sont majoritairement virtuels 
  • Loyer et fluides (EDF, eau, etc.)


Bon à savoir

Économiser les frais d’un loyer et des charges d’un local professionnel est tentant, surtout quand on débute et que les premiers mois sont incertains. Sachez qu’en travaillant à domicile, vous payerez tout de même une taxe : la Cotisation foncière des entreprises (CFE) qui reste due par toutes les entreprises à leur Centre des impôts. Vous bénéficiez toutefois d’une exonération la première année d’activité de votre auto-entreprise.

Se faire connaître en communiquant

Être visible très vite et vous faire connaître sont les premiers challenges pour tous les développeurs qui démarrent. Soignez votre site internet, il sera votre vitrine en communication mais aussi un ami précieux pour valoriser et prouver la qualité de vos prestations.

Être actif et repéré sur les réseaux sociaux (LinkedIn, Twitter…) est aussi un moyen d’intégrer un réseau de professionnels, d’échanger et de se faire connaître. Pensez également à vous inscrire sur des plateformes dédiées afin de développer votre visibilité et trouver des clients que vous n’auriez pas pu toucher par le seul démarchage de terrain.

Mutualiser et travailler en partenariat

Travailler au sein d’un espace de coworking ou envisager de partager des bureaux avec d’autres professionnels du secteur (webmasters, graphistes, illustrateurs, webdesigners, etc.) est une façon efficace de développer son réseau, d’échanger, de diviser certains frais, mais aussi d’envisager des collaborations et d’ouvrir parfois des perspectives professionnelles complémentaires. 

Comment s’associer entre auto-entrepreneurs ?

Pour résumer, créer votre auto-entreprise de développeur (ou développeuse !) web est parfait pour débuter dans le milieu. Un des principaux avantages de ce métier de l’informatique est de pouvoir l’exercer n’importe où. Vous pouvez donc conserver une mobilité et accroître le nombre de vos clients, y compris au-delà de votre secteur d’implantation.

Dans ce domaine à forte progression d’activité, mais qui possède une concurrence accrue ces dernières années,  n’hésitez pas à démarcher plus loin que votre ville ou votre département et à vous démarquer avec une bonne communication ainsi que par vos garanties, spécialités et en rassurant vos partenaires et clients sur la qualité de vos prestations et services. Soyez connecté !

L’article "Développeur web"  a été noté 4,7 sur 5 sur 3 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !