chaudronnier_auto_entreprise

Chaudronnier

5 juin 2019

   5 minutes

Vous voulez devenir chaudronnier en auto-entreprise ? Pilier indispensable de l’industrie, la chaudronnerie est présente dans de nombreux secteurs d’activité et est compatible avec le statut d’auto-entrepreneur. La rédaction fait le point sur ce métier encore peu connu du grand public !

Chaudronnier auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) est la Chambre de Métiers et de l'Artisanat 

    Le code APE est généralement :  33.20A - Installation de structures métalliques, chaudronnées et de tuyauterie

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 70 000 € 

    Rémunération mensuelle : à partir de 50 € de l'heure

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 22 % de votre CA

En quoi consiste le métier de chaudronnier ?

Le travail des métaux

Le chaudronnier est un spécialiste des métaux. À l’origine, et comme son nom l’indique, il fabriquait des chaudrons mais aussi des récipients et des objets religieux.

Son métier s’est profondément transformé avec la révolution industrielle et l’apparition de machines.

Aujourd’hui, le chaudronnier est un professionnel qualifié qui conçoit, fabrique, installe et répare de multiples biens de consommation et équipements métalliques.


Bon à savoir

Selon le travail à réaliser, le chaudronnier indépendant utilise différents outils (outils à main et machines à commandes numériques très sophistiquées) et métaux (cuivre, fer, laiton, aluminium, étain, acier, etc.).

En fonction de sa spécialité, il peut exercer :

  •  

    en petite chaudronnerie : il fabrique essentiellement des petits produits (appareils électroménagers, chaudière, carrosserie automobile, chaudronnerie d’art, etc.)

  •  

    ou en grosse chaudronnerie : il travaille sur de très gros équipements (réservoirs de stockage, coque de navire, mât d’éolienne, grosse tuyauterie, oléoducs ou citerne agricole par exemple).


Pour fabriquer un objet, le chaudronnier doit respecter différentes étapes :

  •  

    lire les plans

  •  

    tracer les différentes formes sur le métal

  •  

    découper chaque élément pour en faire des tuyaux, des feuilles de métal ou des tubes

  •  

    déformer les éléments découpés grâce à différents procédés (pliage, cintrage ou emboutissage)

  •  

    et enfin, assembler les pièces par rivetage ou soudage.


Au-delà de la fabrication pure d’un produit, il peut également intervenir pour des missions de maintenance et de réparation d’équipements industriels divers.

Un environnement de travail varié

Le terrain d’intervention d’un chaudronnier est vaste car les métaux sont présents dans la plupart des objets et des équipements qui nous entourent.

Il peut donc travailler avec :

  •  

    des particuliers, notamment pour de la chaudronnerie d’art : mobilier, objets de décoration, escaliers, sculptures, luminaires, etc.

  •  

    des professionnels de tous secteurs : aéronautique, aérospatial, pharmaceutique, pétrochimie, agroalimentaire, viniculture, transports, énergie, etc.


Bon à savoir

Derrière le terme générique de « chaudronnerie » se cachent plusieurs activités : la chaudronnerie, la soudure, la tuyauterie et la tôlerie. En tant que chaudronnier auto-entrepreneur, vous serez certainement amené à travailler seul. Vous devez donc avoir une vision globale et acquérir des compétences dans chacun de ces métiers pour mener à bien vos prestations.

Quelles sont les qualités et compétences pour devenir chaudronnier auto-entrepreneur ?

Travailler dans la chaudronnerie nécessite des compétences très pointues :

  •  

    d’excellentes connaissances en matériaux (résistance, vieillissement)

  •  

    la maîtrise des techniques d’usinage (traçage, découpage et soudage)

  •  

    de très bonnes notions en dessin (tracé, représentation des volumes dans l’espace) et en mathématiques (calculs, géométrie).

Le chaudronnier professionnel doit également avoir des compétences transverses en soudure ainsi que des facilités en informatique pour pouvoir programmer des machines numériques comme les scanners et lasers.


Certaines qualités vous permettront également d’appréhender plus facilement la chaudronnerie :

  •  

    la précision : vous devrez être méticuleux sur toutes les étapes de production afin de respecter les dimensions exactes de l’objet final

  •  

    l’habileté : ce métier manuel nécessite la réalisation de tâches précises et parfois minutieuses, notamment pour la chaudronnerie d’art. La patience est de rigueur !

  •  

    la résistance physique : vous serez amené à travailler debout, dans un environnement bruyant et à porter des charges lourdes et encombrantes

  • la vigilance : c’est une qualité indispensable car ce métier peut s’avérer dangereux (blessures aux mains, éclats de métaux dans les yeux, affections respiratoires). Les normes de sécurité sont très élevées et le port d’équipement de protection est obligatoire.

Quelles sont les formalités obligatoires pour devenir chaudronnier auto-entrepreneur ?

Une profession non réglementée

La chaudronnerie n’est pas une profession réglementée par la loi. En clair, cela signifie que vous pouvez devenir chaudronnier auto-entrepreneur et lancer votre activité sans avoir de diplôme, d’expérience ou de qualification spécifique.

Cependant, ce métier fait partie d’un secteur qui nécessite de nombreuses compétences. Il est donc fortement conseillé de passer par une formation en chaudronnerie avant de créer votre auto-entreprise. Plusieurs diplômes existent.

Parmi eux, on peut citer ces quelques formations :

  •  

    CAP réalisation industrielle en chaudronnerie ou soudage

  •  

    Bac pro technicien en chaudronnerie industrielle

  •  

    MC technicien en soudage ou MC en chaudronnerie aéronautique et spatiale

  •  

    BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle

  •  

    BTS architecture en métal : conception et réalisation

  •  

    BTS conception des produits industriels ou BTS fonderie


Après le BTS, vous pouvez également continuer vos études en Licence professionnelle (option métiers de l’industrie ou matériaux et structures). Il existe même un diplôme d’ingénieur (spécialité mécanique structures industrielles) en partenariat avec le syndicat de la chaudronnerie tôlerie et tuyauterie.

La réglementation ICPE

Le métier de chaudronnier fait partie des activités générant certaines nuisances (bruit, pollution, risques pour la santé humaine, etc.). De ce fait, votre auto-entreprise sera très probablement soumise à la législation des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE).

Suivant la quantité de produit utilisé et la puissance de vos machines, vous dépendrez de l’un des régimes ICPE suivants :

  •  

    la déclaration

  •  

    la demande d’autorisation

  •  

    la demande d’enregistrement

Tout savoir sur les Installations Classées pour la Protection de l’Environnement

Suivant la nomenclature officielle, vous faites normalement partie de la catégorie « 2560. Travail mécanique des métaux et alliages ». Cependant, afin de connaître les seuils actuels et vous assurer de la procédure à suivre selon votre régime, rapprochez-vous de votre préfecture ou de votre CMA.


Bon à savoir

Attention, cette réglementation est très changeante. Vérifiez régulièrement auprès d’un organisme officiel si les seuils n’ont pas été abaissés. 

La gestion des déchets

Selon le Code de l’environnement, tout producteur ou détenteur de déchets est responsable de leur élimination. Cela signifie que vous devez tout mettre en oeuvre pour traiter proprement vos déchets. Sachez également que leur rejet dans la nature est strictement interdit.

Dans la chaudronnerie, vos déchets peuvent être classés dans deux catégories :

  •  

    les déchets non dangereux, mais qui peuvent néanmoins polluer l’environnement s’ils sont mals traités : métaux, cartons, plastiques, palettes…

  •  

    les déchets dangereux, qui sont très nocifs : les huiles utilisées pour la lubrification des machines, les solvants présents dans les produits de nettoyage, les chiffons souillés…

En fonction du type de déchet, vous avez plusieurs possibilités pour les éliminer : l’apport en déchèterie, le traitement par un prestataire spécialisé, la reprise par le fournisseur, le réemploi ou encore la régénération (fontaine de dégraissage par exemple).

Là encore, la réglementation sur les déchets issus des entreprises évolue régulièrement. Pour connaître exactement la procédure à suivre, rapprochez-vous de votre CMA.

La souscription à des assurances professionnelles

En tant que chaudronnier auto-entrepreneur, vous n’êtes pas obligé de souscrire des assurances. Néanmoins, vous possédez de la marchandise et votre activité est potentiellement être dangereuse. Nous vous conseillons donc vivement d’assurer vos biens et votre responsabilité.

À titre d’exemple, renseignez-vous sur :

  •  

    l’assurance multirisque : elle permet le remplacement ou la réparation de votre matériel en cas de sinistre

  •  

    la protection juridique : elle vous accompagne en cas de litige avec un client

  •  

    la Responsabilité Civile Professionnelle (RC Pro) : elle couvre les dommages que vous pourriez causer à des tiers dans le cadre de votre activité.

L'assurance Simplis propose ainsi une garantie décennale et une RC Pro spécialement conçues pour les auto-entrepreneurs. Elle couvre une grande majorité des activités. N'hésitez pas à demander un devis en ligne. C'est gratuit !

Je demande un devis gratuit

Autres formalités obligatoires pour les artisans auto-entrepreneurs

En tant qu’artisan auto-entrepreneur, vous allez devoir vous immatriculer au Répertoire des Métiers.

Toutefois, sachez que depuis le 24 mai 2019, le Stage de Préparation à l’Installation (SPI) n'est plus obligatoire pour les artisans créateurs d'entreprise. Malgré tout, si cette formation vous intéresse, vous pouvez toujours la suivre sur la base du volontariat.


Bon à savoir

Si vous cumulez deux activités (services et achat/revente de marchandises), votre chiffre d’affaires à ne pas dépasser sera de 170 000 € et vous devrez aussi vous inscrire au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS).

Comment se faire connaître en tant que chaudronnier auto-entrepreneur ?

1 - Formaliser votre projet

Avant de créer votre auto-entreprise, vous devez prendre en compte toutes les composantes de votre projet :

  •  

    souhaitez-vous travailler uniquement avec des entreprises ? ou vous spécialiser dans la chaudronnerie d’art pour les particuliers ?

  •  

    combien devez-vous investir ?

  •  

    savez-vous où vous approvisionner ?

  •  

    avez-vous des contacts dans ce secteur ?

Il est également important de faire le point sur le contexte et l’environnement : est-il favorable et dynamique ? Pour information, sachez que les chaudronniers sont rares et les compétences restent donc très recherchées par les grands industriels. De plus, les métiers artisanaux suscitent un nouvel engouement de la part des particuliers.

Néanmoins, ce métier nécessite des investissements importants en terme d’équipements et de matières premières. Assurez-vous que le statut d’auto-entrepreneur soit la meilleure option pour lancer votre activité.

2 - Construire un réseau professionnel

Dans ce type de secteur d’activité, la communication passe majoritairement par le bouche-à-oreille et les recommandations. Ainsi, n’hésitez pas à parler avec des professionnels du secteur ou à recontacter votre ancien patron par exemple. Ils pourraient vous orienter sur de nouveaux chantiers.

En parallèle, vous pouvez opter pour des outils de communication traditionnels comme le marquage de véhicule, la distribution ciblée de flyers, l’affichage sur les chantiers, etc.

3 - Expliquer votre activité aux particuliers

Gardez en tête que ce métier reste peu connu des particuliers. Si vous souhaitez leur proposer vos services, l’enjeu va être de leur expliquer précisément votre travail à travers un site internet par exemple. Faites de belles photos de vos réalisations pour leur permettre de se projeter. Enfin, pensez à afficher les recommandations clients, très appréciés des consommateurs car ils sont gages de sérieux et de qualité.

Le travail des matériaux est considéré comme un art, n’hésitez pas utiliser les réseaux sociaux d’images comme Instagram pour mettre vos prestations en avant. Vous pouvez également créer une page professionnelle sur Facebook et faire de la publicité.


Vous voilà prêt pour commencer votre nouvelles activité de chaudronnier auto-entrepreneur ! 

L’article "Chaudronnier"  a été noté 3,2 sur 5 sur 17 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !