Le statut auto-entrepreneur séduit-il toujours autant ?

Depuis sa création en 2009, jusqu’à maintenant, le statut d’auto-entrepreneur n’a pas cessé d’être modifié. Les derniers changements en date risquent de porter définitivement un coup d’arrêt au régime.

Le statut auto-entrepreneur séduit-il toujours autant ?

 

 

 

 

 

Chute des créations d’auto-entreprises

Le statut auto-entrepreneur a été une mesure phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Lancé en 2009, il a séduit les français en leur donnant la possibilité de créer facilement une entreprise individuelle. Rapidement, le nombre de créations a augmenté. Aujourd’hui, plus d’un million de personnes se sont lancées dans l’aventure tant bien que mal.

Les modifications apportées au statut auto-entrepreneur ont semble-t-il eu raison de son attractivité. Il suffit de regarder les créations d’auto-entreprises cette année pour s’en rendre compte. En comparant les chiffres cumulés entre janvier et mai par rapport à la même période en 2014, on note une diminution significative de -15 %. Au mois de mai, le recul a été important avec -21 %.


Que s’est-il passé ?

La réponse est simple. Devenir auto-entrepreneur n’est plus aussi facile qu’avant. Si auparavant on pouvait créer son entreprise en ligne, aujourd’hui ce n’est plus possible sauf pour les activités libérales. Pour les activités commerciales et artisanales, il faudra désormais s’inscrire respectivement au Registre du Commerce et des Sociétés et au Répertoire des Métiers. Les artisans doivent ensuite suivre un stage de préparation à l’installation. Organisé par les Chambres des métiers, le stage coûte en moyenne 274 euros et dure entre 3 et 5 jours. Par ailleurs, la loi exige désormais l’ouverture d’un compte bancaire dédié à l’activité.

Pour ce qui est des prélèvements, les auto-entrepreneurs paient depuis janvier 2015 moins de cotisations sociales. Mais, on a noté l’apparition de nouveaux frais avec notamment la taxe pour les chambres consulaires. Il y a également la cotisation foncière des entreprises, dont le calcul se base sur le chiffre d’affaires. En plus d’ajouter une charge supplémentaire aux auto-entrepreneurs, cette cotisation est jugée trop complexe.
 

Que veulent les auto-entrepreneurs ?

Les défenseurs du statut sont évidemment montés au  créneau pour que le gouvernement rende au régime sa simplicité qui a fait son succès. La Fédération des auto-entrepreneurs avance que ce statut est à part. Il ne s’adresse pas à des entrepreneurs qui veulent fonder une grande entreprise, mais à des personnes qui veulent améliorer leur niveau de vie et se sortir de la précarité. 

La fédération réclame notamment la révision du stage de préparation à l’installation, la suppression de l’immatriculation et plus de lisibilité concernant la taxe CFE.

 


Publié le 21/08/2015

 

L’article "Le statut auto-entrepreneur séduit-il toujours autant ?" a été noté 0 sur 5 sur 0 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !