Comment devenir psychologue auto-entrepreneur ?

Comment devenir psychologue auto-entrepreneur ?

26 mars 2018

Fraîchement diplômé en psychologie ou déjà expérimenté, vous avez le choix entre trois options pour exercer votre activité : les entreprises privées, la fonction publique ou l’activité libérale. Dans ce dernier cas, vous pouvez opter pour l’auto-entrepreneuriat et ainsi bénéficier d’une comptabilité simplifiée et d'obligations allégées. Démarches, réglementation et conseils à l’installation, suivez le guide !

Psychologue auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) est l'URSSAF

    Le code APE dépendra de la nature de votre activité :  

86.90F : activités de santé humaine non classées ailleurs (activités des psychologues à vocation thérapeutique)

96.09Z : autres services personnels non classés ailleurs (activités des psychologues auprès des particuliers, hors conseil à vocation thérapeutique) 

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 70 000 € 

    Rémunération  : environ 30 € à 80 € la séance

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 22 % de votre CA

Psychologue : des domaines d'intervention variés

Donner la parole et accueillir le ressenti sans jugement, c’est ainsi que le psychologue travaille auprès de ses patients. Par un accompagnement personnalisé et un soutien attentif, ce professionnel invite ces personnes à un travail introspectif pour les accompagner dans la résolution de leurs troubles, moraux ou psychiques, ponctuels ou chroniques.  

Le psychologue doit savoir faire preuve d’écoute et d’empathie, en prenant soin de s’adapter à chacun de ses patients. L’équilibre personnel, la neutralité et le tact sont également de rigueur pour instaurer une relation de confiance. Enfin, en toutes circonstances, il devra respecter le code de déontologie des psychologues, qui rappelle les principes éthiques de la profession.

Si tout psychologue vise à étudier et traiter la psyché humaine, sa pratique sera différente selon son courant de pensée et le public concerné. Le terme de « psychologue » recouvre en effet de multiples spécialités qui peuvent être exercées dans de nombreux domaines. Ainsi, il pourra pratiquer :

  • en hôpital et institution spécialisée : 80 % des psychologues sont des cliniciens qui oeuvrent dans le secteur du soin ou du médico-social. Le psychologue reçoit le patient en entretien individuel, réalise des bilans et propose des indications thérapeutiques. Il intervient essentiellement auprès des enfants (PMI, crèches…), dans les hôpitaux (services psychiatriques et spécialisés) et dans le secteur de la justice (expertise, rééducation des délinquants…).

  • en entreprise : le psychologue interviendra surtout en lien avec le service des ressources humaines, comme les psychologues du travail ou les coachs (profession non réservée aux diplômés de psychologie). Les psychosociologues, quant à eux, sont des consultants qui peuvent travailler pour des organismes d’études.

  • dans l’enseignement et la formation : ils peuvent intervenir auprès des enfants scolarisés (psychologue scolaire et conseiller d’orientation-psychologue) et des adultes (psychologues formateurs).

Sachez toutefois qu'un psychologue libéral devra obligatoirement justifier d'une formation spécifique.

Gare aux confusions !

Le terme de “psy” est une abréviation qui regroupe de multiples professions : psychologue, psychiatre, psychanalyste ou encore psychopraticien (anciennement psychothérapeute). Ce sont pourtant des formations et des métiers bien différents ! 

La réglementation de la profession

Les diplômes requis

Le titre de psychologue est protégé par la loi depuis 1985. Il s’agit d’une profession réglementée. Cela signifie notamment que l’exercice de ce métier est subordonné à la possession de certains diplômes en fonction de la spécialité choisie.

1 / Comment obtenir le titre de psychologue ?

Pour faire usage de ce titre, vous devez être titulaire :

  • soit d’une licence « mention psychologie » et d’un master « mention psychologie » comprenant obligatoirement un mémoire de recherche et un stage professionnel d’au moins 500 heures.

  • soit  d'un diplôme figurant en annexe du décret n°90-255 du 22 mars 1990

Une quarantaine d’universités françaises assurent ces formations. L’école des Psychologues Praticiens (EPP), institut catholique basé à Lyon et Paris, délivre également le diplôme de psychologue.

Attention ! Un doctorat de psychologie n’est pas un diplôme permettant l’usage professionnel du titre de psychologue clinicien.

Deux cas particuliers :

  • le psychologue du travail doit obtenir un master professionnel de Psychologie sociale et du travail, par le biais d’une formation universitaire (bac+5) ou d’une formation spécifique du CNAM (Conservatoire National des Arts et des Métiers)

  • le psychosociologue est obligatoirement titulaire d’un master en Psychologie spécialité Travail et consultations psychosociologiques ou bien Psychopathologie psychanalytique (Bac + 5) est nécessaire.

2 / Comment exercer en milieu scolaire ?

Le psychologue scolaire doit être titulaire du diplôme d’État de psychologue scolaire (DEPS). Celui-ci est accessible  aux professeurs des écoles justifiant de 3 années d’enseignement et possédant une licence (Bac+3) de psychologie.

Le conseiller d’orientation-psychologue est recruté sur concours par l’Éducation nationale à partir d’une licence de psychologie.

L’inscription sur les listes de l’ADELI

Pour obtenir l’autorisation d’exercer, le psychologue, qu’il soit salarié ou libéral,  aura l’obligation de s’inscrire au répertoire ADELI (Automatisation DEs LIstes), géré par l'Agence régionale de santé (ARS), avec le formulaire cerfa 12269-02. Il lui sera alors délivré une attestation mentionnant notamment son numéro d'enregistrement.

A connaître

Bien que le psychologue fasse partie des professionnels de santé, il n’existe pas d’ordre des psychologues en France. Vous n’aurez donc pas à vous poser la question d’une inscription au sein d’un tel organisme.

L’obligation de s’assurer

Les professions réglementées font l'objet d'un cadre législatif et réglementaire particulier qui en régit les conditions d'accès mais également le fonctionnement et les usages.

Les psychologues libéraux ont ainsi l’obligation légale de souscrire une assurance couvrant leur responsabilité civile professionnelle, avant même de recevoir leur premier patient. Cette garantie couvrira les éventuels dommages susceptibles d'être préjudiciables pour l'un de leurs patients.

Si vous recevez vos patients à votre cabinet, vous aurez également l’obligation  de souscrire une assurance pour votre lieu de travail, même en cas de local partagé. Enfin, sachez que l’assurance protection juridique professionnelle, elle, reste optionnelle.

L’auto-entreprise : un statut ouvert aux psychologues libéraux

Contrairement aux professionnels de santé comme les médecins, les infirmiers ou les sages-femmes, le psychologue libéral peut bénéficier du statut d’auto-entrepreneur pour exercer son activité.

Le régime de l’auto-entreprise présente plusieurs intérêts, notamment pour un psychologue qui souhaiterait tester la concurrence et la viabilité de son projet  :

  • vous payez vos cotisations proportionnellement à votre chiffre d’affaires, ce qui limite la prise de risques. Il n’y a en effet pas de cotisation minimale, et en cas de chiffre d’affaires nul, vous n’en payez aucune.

  • l’auto-entrepreneuriat vous permet, sous certaines conditions, de cumuler votre activité libérale avec une activité salariée ou votre statut de demandeur d’emploi. Ceci vous laisse une latitude supplémentaire pour constituer votre patientèle.

Bon à savoir !

Les psychologues, même s’ils ne sont pas auto-entrepreneurs, sont totalement exonérés de TVA, au titre des prestations de soin à la personne. Contrairement aux autres auto-entrepreneurs, ils n’ont donc pas de seuil de chiffre d’affaires à respecter pour bénéficier de la franchise en base de TVA. Toutefois, cette exonération est subordonnée à la détention des diplômes donnant le droit au titre de psychologue.

Psychologue en auto-entreprise : comment se lancer ?

Les psychologues libéraux doivent faire face à une concurrence très forte, surtout dans les grandes villes. Il est donc important de bien préparer votre installation afin de mettre toutes les chances de votre côté.

Faire une étude de marché

Cette phase est essentielle pour définir votre lieu d’implantation. Elle vous permettra notamment d’évaluer la concurrence sur une zone géographique déterminée. Vous devrez tenir compte de la présence d’autres psychologues mais aussi des autres professionnels du secteur (conseillers conjugaux ou familiaux, psychiatres, psychanalystes…). N’oubliez pas aussi que certains hôpitaux ou associations proposent également un soutien psychologique.

Bon à savoir !

Les séances chez un psychologue libéral ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale. Même si quelques mutuelles proposent des aides forfaitaires, de nombreuses personnes préfèrent se tourner vers un psychiatre, médecin dont les consultations sont entièrement prises en charge. Voici une raison supplémentaire pour bien étudier la concurrence !

Trouver un local adapté

Le choix du lieu où vous implanterez votre cabinet n’est pas à négliger. Selon sa nature, celui-ci pourra en effet générer des frais plus ou moins importants. Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • un local mixte, partagé avec d’autres professionnels de santé : vous limiterez ainsi les frais d’investissement et de fonctionnement (assurances, frais énergétiques ou de location …).

  • un local que vous achetez ou louez vous-même : vous serez donc seul à en assumer le coût. À noter que le statut d’auto-entrepreneur ne vous permet pas de déduire les charges liées à votre local, qu’il soit partagé ou non.

  • une pièce dédiée à votre domicile que vous devrez aménager en conséquence.

  • la reprise du local d’un psychologue partant à la retraite. Cette option comporte un réel avantage puisqu’elle vous permet, dans une certaine mesure, de récupérer sa patientèle.

Si vous optez pour un local professionnel, celui-ci devra obligatoirement être accessible aux personnes en situation de handicap. Si ce n’est pas le cas, vous devrez  vous inscrire à un Agenda d'Accessibilité Programmée (Ad'AP) et engager les travaux nécessaires dans un délai limité. Si vous utilisez une pièce de votre domicile, vous n’êtes pas soumis à cette obligation.

Se démarquer de la concurrence

Jouer la différence face à la concurrence peut constituer un véritable atout et vous faire gagner en crédibilité. Ainsi, vous pouvez  :

  • vous former à des méthodes de soin complémentaires, comme la psychanalyse, la Gelstalt thérapie, la thérapie comportementale ou l’hypnose par exemple.

  • vous spécialiser pour tenter de devenir le référent dans votre domaine. Il existe de nombreuses formes de spécialisation comme la psychotraumatologie, la psychologie de l’enfant ou la sexologie par exemple.

Se faire connaître

C’est probablement l’étape la plus importante et la plus longue ! Si vous n’avez pas la chance de récupérer le local d’un psychologue partant en retraite, vous devrez vous armer de patience avant de constituer votre patientèle.  Différentes stratégies peuvent être mises en place :

  • vous faire connaître auprès des professionnels de santé situés à proximité (les médecins généralistes par exemple)

  • multiplier les contacts en participant par exemple à des conférences

  • vous inscrire sur les Pages Jaunes

  • faire de la publicité : par le biais des journaux, de votre plaque professionnelle ou encore en envoyant des mailings ciblés

  • créer un site internet

  • faire fonctionner le bouche-à-oreille en parlant de votre activité à vos collègues et connaissances. N’oubliez pas que c’est parfois l’offre qui crée la demande !

Une publicité discrète et respectueuse

L’article 39 du code de déontologie précise le cadre dans lequel le psychologue peut faire faire connaître son activité. Si la publicité personnelle est autorisée, le démarchage, lui, est formellement interdit. Le contact personnalisé avec le client potentiel pour lui présenter votre offre de services ou les mentions comparatives avec vos concurrents sont donc à proscrire. Là aussi, dignité, intégrité et éthique sont de rigueur !

Se former tout au long de sa carrière

La veille et la formation continue vous permettront de faire évoluer votre pratique. Vous aurez ainsi connaissance des nouvelles méthodes de soin et pourrez optimiser votre offre. Une véritable plus-value pour vos patients !

 

 

L’article "Comment devenir psychologue auto-entrepreneur ?"  a été noté 4.55 sur 5 sur 29 avis d'internautes.

Démarrez votre auto-entreprise en ligne
Le moyen le plus simple et rapide pour devenir auto-entrepreneur
DEVENIR AUTO-ENTREPRENEUR