Portrait de Philippe, photographe, vidéaste et pilote de drones

Portrait de Philippe, photographe, vidéaste et pilote de drones

21 mars 2018

Une reconversion de carrière

Philippe, 47 ans, marié et papa d’une petite fille de 7 ans, se nourrit et s’élève grâce aux échanges et rencontres qu’il fait au cours de sa vie. Originaire de Narbonne, il en a gardé l’accent et quelques blessures de ses années de rugbyman. Désormais basé à Tonnay-Charente il a développé un intérêt pour les images photographiques et vidéos. C’est après un coup dur qu’il décide d’en faire son métier en auto-entreprise. Nous sommes allés à sa rencontre pour en savoir plus sur ce parcours atypique et inspirant !

Quand on lui demande pourquoi cet engouement pour la photographie il répond sans réfléchir que ce sont les émotions qu’elle traduit qui l’intéresse.

C’est dans le secteur de la moto et du transport que Philippe commence pourtant par construire sa carrière. Malheureusement un mal de dos finit par lui valoir une déclaration d’inaptitude au travail avec un statut de travailleur handicapé. Ce qui pourrait être un obstacle pour la plupart se transforme alors en nouveau challenge pour Philippe.

De simple passionné à auto-entrepreneur

Il décide d’oser faire de sa passion son activité principale et de se lancer à son compte. Il devient donc auto-entrepreneur photographe/pilote de drones en mai 2016 et devient l’un des premiers en France à proposer des vidéos aériennes prises par drone.

“Je trouve que le drône est intéressant : c’est comme travailler du point de vue d’un oiseau. J’ai pensé que c’était quelque chose qui avait le vent en poupe et qu’il fallait s’y accrocher là maintenant, car demain on sera nombreux dans ce secteur !”

Pour être pilote de drones, une formation est obligatoire. Une fois son brevet théorique de pilote d’ULM en poche, c’est en autodidacte et acharné du travail que Philippe se forme à la retouche d’images.

Au début, l’activité ne décolle pas beaucoup : le drone n’est pas encore très connu et la demande est assez faible. Il décide de développer un nouveau système pour faire de l’inspection qualité dans des endroits difficilement accessibles et ou dangereux.

En s’associant avec des spécialistes, il dessine les plans, fabrique la machine et c’est à l’aide d’une caméra 360 degrés que Philippe peut proposer ce nouveau service. Étant le seul en France à proposer ce procédé, il se déplace à travers le pays et ambitionne déjà de poursuivre à l’international.

“C’est beaucoup moins dangereux d’envoyer une caméra qu’une personne directement, et ce qui les a séduit dans mon prototype.”

Le succès d’un auto-entrepreneur tourné vers l’humain

Les affaires s’envolent, mais il n’en oublie pas pour autant ses premières amours, qui restent la photo et vidéo.

Son envie de rencontres et de relations humaines le pousse à s’investir dans la valorisation de petites entreprises. En parallèle du drone, Philippe prend plaisir à filmer et raconter l’histoire de ces hommes et ces femmes qui, tout comme lui, se sont lancés dans l’aventure entrepreneuriale. Ses “teasers”, comme il appelle ses films, mettent en valeur le métier et le parcours de ces entrepreneurs qui cherchent à vivre de leur passion. En développant ce projet, il parvient à se faire connaître. Ce sont alors des mairies qui le contactent pour valoriser le patrimoine de leur ville et attirer les touristes.

“Quand je passe des nuits dehors pour être là au moment précis du coucher ou du lever de soleil, je me répète que j’ai de la chance d’avoir un si joli bureau !”

Philippe décrit son auto-entreprise comme un projet incroyable qui lui permet de vivre de ce qu’il aime le plus dans la vie. Une expérience qui lui souffle que rien n’est impossible, qu’il suffit d’y croire et de travailler pour arriver à ce que l’on veut vraiment.

En débutant l’aventure entrepreneuriale, il ne savait pas vraiment où ses pas allaient le mener. C’est par prudence qu’il a choisi ce statut afin de ne pas s’embourber dans des démarches administratives trop complexes.

L’auto-entreprise lui a aussi permis de gérer son emploi du temps comme il le souhaitait et de pouvoir animer un atelier, “Graines de reporters” à l’Institut Médico-Éducatif pour des jeunes en situation de handicap psychique. L’objectif est de donner des cours de vidéo et de photo afin que ces jeunes deviennent les reporters de leur quotidien. Grâce à Philippe et d’autres bénévoles, les élèves sont en train de tourner un court métrage qui sera diffusé lors d’un festival à la Rochelle sur le thème de ce que nous cachons à nos parents lors de notre adolescence !

“Je crois fermement que la différence est une qualité et même une force, et qu’il faut savoir le reconnaître.”

À l’instar de Sebastião Salgado, grand photographe qu’il admire et voit comme un humaniste aux clichés poignants, Philippe recherche tous les projets qui cumulent rencontres et partages autour de l’image.

C’est un auto entrepreneur qui se définit lui-même comme “épanoui”. Comme il aime le dire, “il faut savoir donner pour ensuite recevoir”. Challenge réussi pour ce photographe bien occupé qui nous a déclaré :

“Je suis heureux car j’ai réussi à faire ce que j’avais envie de lancer. Au-delà de l’argent, je pense que c’est une grande récompense. C’est une belle aventure et je recommande à toutes les personnes qui hésitent à se lancer de suivre leurs rêves !”

Pour contacter Philippe :

www.facebook.com/dronedimages17
www.dronephildimages.com
dronephildimages@gmail.com
+33 6 79 61 36 40

 

L’article "Portrait de Philippe, photographe, vidéaste et pilote de drones"  a été noté 4.43 sur 5 sur 14 avis d'internautes.