Devenir maçon auto-entrepreneur

Devenir maçon auto-entrepreneur

Un maçon auto-entrepreneur, c'est possible ! Vous avez toutes les chances de réussir votre installation, car la France fait face à une réelle pénurie de maçons. Alors, pourquoi ne pas opter pour le régime de l'auto-entreprise ? Découvrez ce métier et suivez nos conseils pour vous installer.


Créer les fondations d’un immeuble, monter des cloisons ou des murs, poser des dalles… Dans un univers constitué de briques, de pierres et de béton armé, le maçon est l’homme sans qui le chantier ne pourrait avancer. Mais en quoi consiste exactement cette profession ? Quelles sont les compétences et qualités requises pour devenir maçon ? Voici toutes les réponses aux questions que vous pourriez vous poser.

Maçon auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) est la Chambre de Métiers et de l'Artisanat

    Le code APE est généralement : 43.99C – Travaux de Maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 70 000 € 

    Rémunération mensuelle : de 40 à 60 € en moyenne par heure

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 22 % de votre CA

En quoi consiste le métier de maçon ?

Le maçon est un homme important. De son intervention découle la bonne marche du chantier. En effet, il réalise les premières fondations d’un édifice et monte les éléments porteurs d’une structure. Son intervention ne se limite pas à des maisons individuelles ou des bâtiments industriels voire commerciaux : ponts, tunnels, barrages font aussi partie de son cahier des charges. Il peut également être amené à restructurer ou réhabiliter des édifices anciens. La mission principale du maçon porte donc sur le « gros œuvre ».

Quelles sont les qualités requises pour devenir maçon ?

Évoluant le plus souvent en extérieur, dans des conditions météorologiques et environnementales changeantes (pluie, neige, froid, chaleur…), le maçon doit savoir s’adapter et être doté d’une bonne condition physique.

Pour devenir maçon, il est préférable de disposer des qualités suivantes :

  • Sens de l’espace - Géométrie

  • Sens de l’organisation

  • Rigueur et précision

  • Prudence

  • Esprit d’équipe

  • Sens des responsabilités

  • Disponibilité et adaptabilité

Doté de toutes ces qualités, le maçon peut exercer et opter pour le régime de l’auto-entreprise.

Quelles sont les différents types de prestations du maçon ?

Chez les maçons, il existe deux profils destinés à livrer des prestations différentes et sollicitant par conséquent des compétences complémentaires.

Le maçon-coffreur

Le maçon coffreur est chargé de couler, démouler et installer les éléments en béton armé sur un chantier. On parle de coffreur-brancheur si le maçon utilise des coffrages métalliques préfabriqués ou de coffreur-boiseur pour les coffrages en bois.

Il est amené à :

  • Installer les structures porteuses : échafaudages, plateformes, étaiements…

  • Lire les plans de l’architecte

  • Commander les matériaux nécessaires

  • Assurer l’étanchéité du coffrage

  • Superviser l’assemblage et la fixation du coffrage

  • Couler le béton armé

Le plus souvent, ce sont des ouvriers qualifiés dans plusieurs domaines (maçonnerie, ferraillerie...) qui optent pour ce type de prestation.

Le maçon-finisseur

Il reprend sur le chantier les ouvrages existants après bétonnage. Pierres, briques, parpaings et enduits n’ont pas de secrets pour lui. Il réalise les premiers travaux de finition après que le gros œuvre ait été conçu.

Il est amené à :

  • Créer des murs, des façades, des cloisons

  • Monter des murs par maçonnage d’éléments portés : briques, pierres, etc.

  • Couler des dalles

  • Lisser, finir le béton et appliquer les produits de traitement de surface

  • Effectuer les reprises sur les ouvrages pour les rendre conformes

Mesures de protection

Il est essentiel et obligatoire d’assurer sa sécurité.  Le Code du travail oblige tout professionnel intervenant sur un chantier de mettre en œuvre les principes généraux de prévention. Équipez-vous d’un casque et de chaussures de sécurité pour assurer votre protection. 

Quelles formations pour devenir maçon ?

Depuis le 1er juin 2017, le maçon doit être titulaire d’un Certificat d’Aptitudes Professionnels (CAP) ou d’un Brevet d’Études Professionnelles (BEP), ou de justifier d’une expérience professionnelle d’au moins trois ans pour pouvoir s’installer. Quelles voies s’ouvrent à vous ?

Obtenir un titre professionnel

Le titre professionnel est une certification professionnelle, délivrée par le Ministère du Travail au nom de l’État, attestant des compétences, aptitudes et connaissances du titulaire pour exercer son activité. Ce titre s’obtient à l’issue d’un parcours de formation professionnelle ou par le biais de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). Le délai d’obtention est d’environ 5 ans.

Le Répertoire National des Certifications (RNCP) liste les titres professionnels pour lesquels vous pouvez démontrer votre savoir-faire en tant que maçon :

  • Titre professionnel « maçon »

  • Titre professionnel « maçon du bâti ancien »

  • Titre professionnel « chef d’équipe gros œuvre »

Valider un CAP ou un BP 

Un autre biais pour vous installer futurs maçons, vous munir d’un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) :

  • CAP Maçonnerie

  • CAP Constructeur en béton armé du bâtiment

  • CAP constructeur en ouvrages d’art qui ouvre la voie vers les métiers de coffreur, constructeur en béton armé, ferrailleur, ouvrier du béton, brancheur, bétonnier, boiseur etc.

Envie d’avoir davantage de responsabilités ? Obtenez un Brevet Professionnel (BP) accessible après un CAP ou plusieurs années dans la vie active, ou bien passez un Bac professionnel accessible directement après la classe de 3ème (les titulaires d’un CAP ou d’un BEP peuvent y accéder directement en 2ème année de formation) :

  • BP maçon, après un CAP maçon

  • BP Métiers de la pierre, CAP tailleur de pierre

  • BP métiers de la piscine

  • Bac pro « technicien du bâtiment : organisation et réalisation du gros œuvre »

  • Bac pro « interventions sur le patrimoine bâti », option maçonnerie

Quelques conseils pour devenir maçon en auto-entreprise

Effectuer un stage de préparation à l’installation

Créer son entreprise n’est pas toujours simple ! Afin d’initier chaque entrepreneur à la gestion d’entreprise, les Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA) organisent un Stage de Préparation à l’Installation (SPI) obligatoire pour les activités artisanales d’une durée maximum de cinq jours. 

Envoyer votre dossier d’inscription d’auto-entrepreneur à votre CMA

Une fois en possession de l’attestation prouvant que vous avez bien suivi le SPI (ou l’attestation d’exemption), vous pouvez envoyer votre dossier complet avec le formulaire P0 CMB demandant votre SIRET et votre immatriculation auprès de votre Chambre de Métiers et de l’Artisanat.

Souscrire à une assurance

La garantie décennale

Depuis la Loi Pinel du 18 juin 2014, un artisan impliqué dans la construction d’un ouvrage, tel que le maçon, est obligé de souscrire à une garantie décennale. Seuls les métiers du BTP sont donc concernés par cette obligation.

Cette garantie jouera lorsque la solidité de l’ouvrage est touchée ou bien si le dommage rend le bien impropre à sa destination. Elle peut être engagée dans les dix ans suivant la réception du chantier. Comptez entre 1500€ et 2000€ par an.

La RC Pro

Même si elle n’est pas obligatoire, il est vivement conseillé de souscrire à une assurance de responsabilité civile professionnelle pour vous protéger dans le cadre de votre activité entrepreneuriale. En effet, des risques peuvent survenir à tout moment sur le chantier et la responsabilité du maçon peut donc être engagée en cas d’accident. En souscrivant à une assurance responsabilité civile, vous êtes protégé en cas de dommages causés à vos clients ou à leurs biens.

A savoir

Les références de votre contrat de garantie décennale, ainsi que de responsabilité civile, devront obligatoirement apparaître sur vos devis et factures. Sachez que de plus en plus de clients exigent une copie de l’attestation assurance décennale maçon et gros œuvre !

Acheter le matériel nécessaire

Pour devenir maçon en auto-entreprise, il est essentiel d’investir dans le matériel indispensable avant de solliciter vos futurs clients. Tout d’abord, il vous faudra vous munir d’un certain nombre d’outils :

  • Des outils de mesure : mètre, règle de maçon, piquets, cordeau

  • Un ciseau de maçon

  • Un platoir

  • Une bétonnière

  • Des truelles

  • Une taloche

  • Une auge

  • Un marteau et un burin

  • Des tréteaux de maçon

De plus, vous devrez vous procurer différents matériaux pour vos prochains chantiers : pierres naturelles, briques, préparation pour béton, gravier, sable, ciment, parpaings… Si ces derniers éléments seront compris dans les tarifs que vous facturerez à vos clients, il faudra néanmoins anticiper les sommes à avancer avant que le chantier n’ait été rémunéré dans sa totalité.

Le saviez-vous ?

L’Adie propose des micro-crédits spécialement ciblés pour les auto-entrepreneurs ayant besoin d'un capital de départ pour démarrer leur activité. Pour en savoir plus vous pouvez contacter l’association au 0969 328 110 ou aller sur le site web Adie Connect.

Développer votre clientèle

Une fois votre SIRET en poche, vous êtes maintenant en quête de clients. En tant que maçon auto-entrepreneur, vous gérez seul votre entreprise. Pour vous faire connaître auprès de clients potentiels, déployez votre action au travers d’outils de communication efficaces :

  • Valorisez votre réseau, le bouche à oreille : famille, ami, entourage…

  • Connaissez vos concurrents et leurs tarifs

  • Développez votre réseau de professionnels (architectes, compagnies d’assurance, agences immobilières) qui peuvent faire appel à vous ou vous recommander

  • Consultez gratuitement la liste des permis de construire en mairie

  • Développez des partenariats (par exemple avec des magasins de bricolage)

  • Répondez à des appels d’offre

  • Faites de la publicité : annonce dans la presse locale, l’annuaire, logo de votre entreprise sur votre véhicule professionnel etc.

 

Prêt à devenir maçon en auto-entreprise ? En suivant nos conseils, vous avez toutes les chances de réussir votre installation. Il ne reste plus qu’à vous lancer. Bon courage !

 

Démarrer votre activité en toute simplicité

Le Portail Auto-Entrepreneur vous accompagne dans la création de votre auto-entreprise en simplifiant toutes vos démarches administratives.

L’article "Devenir maçon auto-entrepreneur" a été noté 3,7 sur 5 sur 3 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !