Devenir coursier en auto-entreprise

Devenir coursier en auto-entreprise

27 juin 2018

Vous aimez arpenter votre ville à vélo, en moto ou en scooter ? Vous en connaissez les moindres recoins et êtes capable d’endurance et de rapidité ? Avez-vous déjà pensé au métier de coursier indépendant ? De plus en plus de plateformes ouvrent dans les grandes villes et sont en effet à la recherche de personnes qui circulent plus vite que leur ombre pour livrer des colis ou repas aux particuliers. Voici toutes les informations nécessaires pour tenter votre chance !

Coursier auto-entrepreneur : les informations clés

    Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) est la Chambre de Commerce et de l'Industrie 

    Le code APE est généralement :  53.20-Z - Autres activité de poste et de courrier

    Le plafond de chiffre d'affaires à ne pas dépasser est de : 70 000 € 

    Rémunération mensuelle : de 4 € à 9 € par course en moyenne

    Le montant des cotisations sociales à payer est de : 22 % de votre CA

En quoi consiste le métier de coursier / livreur ?

Une profession connectée

À bord de votre vélo ou de votre véhicule motorisé, vous livrerez le plus souvent des commandes de repas en allant les chercher dans des restaurants puis en les apportant aux clients. Vous pourrez également être amené à livrer d’autres types de colis et marchandises légères.

L’activité de coursier indépendant se développe essentiellement à Paris et dans les grandes agglomérations, là où les vélos et autres deux roues peuvent se frayer un chemin plus facilement pour livrer en un temps record.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, vous ne travaillez pas pour celui qui vous remet les produits mais pour une plateforme de mise en relation comme Foodora, Stuart, UberEats ou encore Deliveroo, pour ne citer qu’elles.

Connecté à l’appliWeb de la plateforme via votre smartphone, il vous faudra donc guetter les demandes de livraison et enchaîner les déplacements entre les différents points de collecte et livraison.

Des horaires et des revenus variables

La majorité des coursiers à vélo ou véhicule à moteur choisissent les créneaux horaires durant lesquels ils travaillent. Le midi, le soir ou en journée, la semaine ou le week-end, c’est vous qui décidez ! Néanmoins, la règle est simple : le salaire n’étant pas fixe, plus vous roulez, plus vous gagnez d’argent !

Si certains coursiers voient dans ce métier un revenu d’appoint et ne travaillent que quelques heures par semaine pour 200 € ou 300 € par mois en moyenne, d’autres exercent à temps plein et parviennent parfois à gagner jusqu’à 100 € par soirée.

Les revenus en tant que coursier à vélo dépendent également de la plateforme sur laquelle vous êtes inscrit. Certaines rémunèrent en effet à la course tandis que d’autres assurent un taux horaire minimum et des bonus. Pour bien faire votre choix en fonction de vos besoins, prenez donc le temps de vous renseigner avant de vous lancer.

Un métier qui attire les étudiants

Le métier de coursier indépendant rencontre de plus en plus de succès auprès des étudiants, qui peuvent organiser leur semaine librement, en fonction de leurs horaires de cours.

Si c’est votre cas, sachez que l’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d'Entreprise) est ouverte aux jeunes de 18 à 25 ans et vous permet de bénéficier de cotisations sociales allégées sur une période de 3 ans.

Quelles sont les qualités requises ?

Rigueur, réactivité et autonomie sont les qualités essentielles pour se lancer en tant que coursier indépendant ! Vous devez également être capable de rouler à bonne vitesse tout en veillant à votre sécurité et celle des autres. Il vous faudra en effet respecter le code de la route, tout en cherchant votre chemin et déjà penser à la prochaine course.

Si vous optez pour le vélo, il vous sera nécessaire d’être en excellente condition physique et de ne pas craindre les intempéries. Qu’il vente ou qu’il pleuve, vous ne devrez pas faire attendre les clients !

Quelle est la réglementation pour devenir coursier à vélo ?

Un métier ouvert aux non diplômés

Nul besoin de formation spécifique pour devenir coursier indépendant. Vous devez simplement être majeur et à votre compte. Vous pouvez opter pour l’auto-entrepreuneuriat, solution particulièrement adaptée pour les coursiers à vélo qui souhaitent profiter d’un régime simplifié.

À noter que certaines plateformes peuvent vous demander de leur fournir un extrait de casier judiciaire vierge.

Trois types d’assurance

En tant que coursier à vélo, une mauvaise chute est vite arrivée. Même si cela n’est pas obligatoire, mieux vaut donc avoir une assurance ou une mutuelle, pour vous couvrir en cas d’hospitalisation par exemple. Certaines compagnies comme +Simple.fr ou La Mutuelle des Motards proposent des garanties spécifiquement dédiées aux coursiers. Ces dernières comprennent notamment des prises en charge en cas de blessure pendant votre temps de travail, et même des remboursements en cas de vol de vélo, pour ceux qui utiliseraient ce mode de transport. À noter que quelques plateformes proposent également une assurance aux livreurs.

Vous pouvez aussi causer des dommages à un tiers, si vous blessez quelqu’un ou quelque chose. Vivement recommandée, l’assurance de responsabilité civile professionnelle (RC Pro) pourra couvrir une partie des frais engagés si vous vous retrouvez dans pareille situation.

Votre véhicule lui aussi peut subir des dommages. Si l’assurance reste facultative pour un vélo, elle est obligatoire pour les véhicules à moteur !

Le cas particulier des coursiers à véhicules motorisés

Si vous utilisez un véhicule à moteur, vous devez vous immatriculer au Registre des Transports. Cette démarche est gratuite et indispensable. Selon la nature de votre véhicule, il vous faudra également une attestation de capacité de transport de marchandises pour laquelle vous suivrez une formation de 105 h. Celle-ci, validée par un examen final, coûte environ 1000 € et peut être suivie en ligne ou en présentiel.

Comment lancer votre activité de coursier indépendant ?

Prévoyez votre équipement

Quel que soit votre mode de transport, vous aurez besoin d’un modèle de smartphone récent pour vous connecter aux applications des plateformes, recevoir vos missions et géolocaliser vos différents points de collecte ou livraison.

Alors que les livreurs qui se déplacent en véhicule motorisé doivent simplement veiller au bon fonctionnement de leur deux-roues ou voiture, ceux qui optent pour le vélo devront davantage s’équiper.

Le coursier à vélo devra en effet utiliser :

  • un vélo de bonne qualité adapté à l’environnement urbain et muni d’un porte-bagage et de bons éclairages pour se déplacer la nuit

  • un antivol résistant

  • un kit de réparation à emporter en permanence

  • un casque pour sa sécurité

  • un support pour fixer son téléphone au guidon ou son poignet

Plusieurs plateformes proposent un uniforme spécifique ainsi qu’un sac à dos aux couleurs de la marque. Il faudra soit l’acheter, soit déposer une caution en guise de garantie.

Inscrivez-vous sur des plateformes

Une fois équipé, il vous reste à sélectionner des plateformes en fonction de leurs offres tarifaires et de leur secteur de livraison.

Prenez le temps de regarder les sites internet de chacune d’entre elles car toutes ont des spécificités, concernant notamment :

  • la gestion des plannings

  • le matériel du coursier à vélo : achat, prêt gratuit ou soumis à caution

  • la périodicité des paiements

  • les assurances

  • les horaires de travail

  • les bonus et primes

Pensez également à vous entraîner en amont, certaines entreprises demandant de passer des tests d’endurance et de rapidité lors de la sélection de leurs nouveaux coursiers.

Une fois votre admission en poche, vous n’avez plus qu’à vous laisser guider par la plateforme qui complètera votre formation et vous expliquera son fonctionnement spécifique de courses et de livraisons.

L’article "Devenir coursier en auto-entreprise"  a été noté 4.58 sur 5 sur 12 avis d'internautes.

Démarrez votre auto-entreprise en ligne
Le moyen le plus simple et rapide pour devenir auto-entrepreneur
DEVENIR AUTO-ENTREPRENEUR